Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Je vous ai déjà parlé de ce ministre  d'un parti dit chrétien flamand, nationaliste borné hostile aux droits de minorités  -localement majorités -  francophones de la périphérie bruxelloise, annexées par la Flandre; très americanophile, sino Bushophile.


Cet homme, devenu hélas, ministre non de la Défense nationale, titre officiel de son ministère, , je trouve, mais de la guerre notamment en Afghanistan.  Ce politicien  a donné l'impression lors de son intronisation comme ministre que la Belgique allait enfin avoir une politique internationale et militaire digne de la grandeur de cette Flandre à laquelle il est si attaché.
 (voir  mes articles du 1/09/08 et 17/06/08)

Je veux vous raconter  à son propos sa petite histoire new-yorkaise qui en dit long sur la moralité exemplaires des "serviteurs de l'Etat" que sont en droit et devoir les "Ministres".

Un ministre donc avait une réunion prévue à New-york; Rien e plus  naturel.

Seulement cette réunion a été annulée. Le voyage n'avait donc plus raison d'être.

Pourtant , habitué à considérer qu'un billet  d'avion sans doute de première classe, oubliant que son coût  représentant des mois de travail d'un petit retraité, pour lui pas  grand chose, notre homme se dit que c'était l'occasion d'aller passer une bonne et joyeuse soirée de l'autre côté de l'atlantique.

Et le voilà parti, seul ou avec une escorte, je ne sais. Le fait est qu'on le vit surgir à une heure tardive dans un bar où il se singularisa par son ébriété, parait-il avancée et ses chansons gaillardes pour ne pas dire pire.


Comment nous savons cela. Et bien, ce monsieur n'a pas eu de chance, car il est entré dans un bar où travaillait une de ses compatriotes serveuse qui, un peu choquée de l'affaire, la raconta dans son blog.

On imagine l'émoi que cela fit dans le parti de l'intéressé, dans la presse belge du nord et du sud du pays.

Bien entendu le sieur prétexta d'autres réunions très importantes pour tenter maladroitement de justifier son voyage et confia à un de ses subordonnés le soin de prévenir le patron de la boîte New-yorkaise qui, bien entendu, vu la personnalité du plaignant, licencia la jeune femme.

Celle-ci, conta sa mésaventure dans son blog et l'attitude de ce ministre, puisqu'il s'agissait bien d'un ministre, scandalisa les hommes politiques y compris certains de son parti et la presse qui lui demanda des comptes.

Faut-il s'étonner que ce politicien de bas étage nie son intervention auprès du patron de la jeune fille ?


Toute cette histoire, vraie hélas, est celle, raconté par le jeune new-yorkaise, puis l'ensemble de la presse,  de Monsieur De Crem ministre de la Défense Nationale, nationaliste, militariste et peu soucieux des deniers de l'état.


Monsieur De Crem en  profita pour dire tout le mal qu'il pensait des blogs qui osent dire ce que les journalistes hésitent à révéler. On sent qu'il voudrait interdire par tous les moyens possibles cet usage non diplomé  surtout non autorisé  de révélation de vérités qui gênent comme celle de sa virée new-Yorkaise.

Un journal lui a demandé de justifier les démarches qu'il aurait fait dans la mégapole américaine. Avec beaucoup d'autres belges, je l'attends mais s'il est vraiment avéré qu'il a flambé pour son propre plaisir l'argent des contribuables  qu'il démissionne !

Il n'est  en ce cas,  en rien digne de représenter notre pays.
Bien entendu, il peut  toujours et j'en serais ravi, grâce aux commentaires s'expliquer sur ce que la jeune serveuse a raconté et  je  transmetterais sa réponse à mes lecteurs.

S'il persiste dans le silence face à presse et ses pairs, je crois qu'on pourra vraiment conclure, à propos du licenciement de la jeune belge, que malheureusement elle a eu affaire à un malhonnête homme.
J'espère qu'il paiera un jour, au moins celui des prochaines élections.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article