Catégories

Publié par BALCHOY

 

 

3) LA VIE EN CHRIST

 

 

Enfin, il existe des hommes positivement chrétiens qui cherchent à réaliser l’idéal personnalisé par le Christ en entrant en contact affectif avec l’Homme-Dieu toujours vivant.

 

Le chapitre suivant précisera comment les différents rapports interpersonnels actifs distingués par la philosophie personnaliste, depuis la simple communication jusqu’à la communion s’appliquant en cette perspective. Transformé intérieurement par ce dialogue, le fidèle imprégné de l’image de Dieu et de son Esprit développe au maximum sa déiformité, puisque c’est le Verbe devenu homme qui est ici le principe de sa liberté nouvelle. (1)

Voir plus loin l’étude de la vie théologale des différentes relations actives à l’idéal-Christ.

 

 

CONCLUSION

 

Dostoïevski en accord avec l’ensemble de la Tradition orientale voit en la vie chrétienne un don divin inaccessible aux seules forces humaines et une participation vivante à l’essence de Dieu par la médiation du Christ. Il  identifie le thème de la grâce à celui de la déiformité active (effort de l’homme) et vivante (don de Dieu). La liberté intérieure lui paraît  indissolublement liée à cette vie en Christ.(1) Elle est donc le fruit d’une collaboration divino-humaine (synergie)

S’il parle parfois de « nature », Dostoïevski ignore notre ordre naturel dans la mesure, tout au moins, où on le considère comme une entité réellement existante au niveau de la personne. On pourrait établir une certaine similitude entre notre « nature » et ce qu’il appelle le « terrestre », mais, chez lui,  la fin de cette nature terrestre ne concerne qu’indirectement la personnalité comme telle, puisqu’il n’existe qu’une fin et qu’un seul Idéal, Jésus-Christ.

Le don de Dieu révélé intellectuellement en l’ancienne Alliance, charnellement dans le Christ vit d’une manière diffuse au sein du Peuple de Dieu. Mais Dostoïevski reconnaît la médiation du sacerdoce sacramentel et surtout de la vie monastique qui s’efforce dès ici-bas de sauter l’étape temporelle pour vivre l’éternité, en fonction de sa déiformité.

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Commenter cet article