Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

   4)  ESSAI DE SYNTHESE

Le terme "SVOBODA" revêt d'une façon générale une double signification chez notre auteur. On pourrait parfois lui substituer sans dommage "SVOBODNAÏA VOLIA" (libre volonté), car le choix et la possibilité de négation sont mis au premier plan. Mais, le plus souvent,  "SVOBODA" vise l'indépendance ou mieux l'autonomie et une maîtrise de soi qui débouche sur le don dans l'amour.

Peut-on unifier ces deux significations ? Motchoulski, dans son "Dostoïevski" ne le pense pas. Il rapproche certains textes du romancier russe de la doctrine de Léon Tolstoï, "tant sont frappants le rationalisme et le moralisme de ces appels à la maîtrise de soi, tant est pénétrée de naturalisme cette doctrine du paradis sur terre. (1)

-------------------------------------------
(1) C. Motchoulski, Ouv. cité, page 344-345.
-------------------------------------------

Pour ce critique, ce dédoublement tragique s'est prolongé jusqu'à la mort de l'exemplaire. L'enseignement de Fédor Mikhaïlovtich, au temps des "Frères Karamazov", se résume à condenser l'essence du Christianisme dans la foi au Christ Jésus, fils de Dieu, tout en admettant par ailleurs une instauration "légale et quasi normale" du paradis sur terre, grâce à une maîtrise de soi "purement humaine".

L'interprétation de Motchoulski a quelque apparence de vérité, mais elle ne résiste pas à un examen approfondi ; les difficultés qu'elle soulève sont en effet bien plus nombreuses que celles qu'elle prétend aplanir.

Certes Dostoïevski relie la domination de soi à l'idée de discipline et affirme que "Dieu nous a indiqué sa loi dans le Christ par son exemple en vie et en formule. (2)

-----------------------------------------------
(2) Carnet des démons", page 910
--------------------------------------------------

Rien ne dit, pourtant,  que le Christ n'est pour lui qu'un simple exemple moral ou une formule morte. Au contraire, l'Homme-Dieu nous est présenté quelques lignes plus loin comme la "
loi vivante
"qui seule peut sauver l'homme. De plus comment concilier avec ce prétendu "naturalisme" dostoïevskien, les condamnations sévères de l'athéisme et de tous ceux qui attendent la régénération de l'homme abandonné à ses propres forces :

     -"La morale, livrée à elle-même... peut se dénaturer jusqu'à l'extrême abomination." (3)

--------------------------------------------------------
(3) "Carnet des démons" page 968. Le problème soulevé par Motchoulski sera repris plus loin, lorsqu'il sera question de la nature du Salut apporté par le Christ. Cf. cette étude, page...
----------------------------------------------------------

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article