Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Une mise en parallèle de l'ensemble de ces textes, groupés selon la Chronologie, souligne la permanence d'une conception de jeunesse à travers une évolution constante : la prise de conscience toujours plus aiguë de la nature religieuse de l'authentique liberté. En cela, le pensée de l'écrivain se modèle étroitement sur le déroulement de sa vie.








CHAPITRE I  : L'Anthropologie Dostoïevskienne.

L'étude de la liberté est inséparable de celle de l'anthropologie. Pour des raisons méthodologiques, nous reportons à la troisième section la dimension strictement religieuse.

Un texte de jeunesse (important donc pour comprendre le sens premier donné à certains mots par l'écrivain)  situe et hiérarchise en les distinguant les différentes facultés humaines.

Posant une question à son frère Michel en 1838, le futur romancier précise ses conceptions en la matière. Son frère lui disait : "Pour connaître davantage, il faut sentir moins". Dostoïevski lui répond :

     -"Que veux-tu dire par "connaître" ? Connaître la nature, Dieu, l'amour... C'est par le coeur qu'on les connaît, non par l'intelligence... Si nous étions des esprits, nous vivrions, nous planerions dans la sphère de la pensée où plane notre âme quand elle veut la comprendre. Mais nous ne pouvons, hommes, poussières ; nous devons comprendre, mais nous ne pouvons embrasser d'un coup l'idée. L'intelligence est le guide de la pensée au travers d'une enveloppe périssable jusqu'aux composantes de l'âme. L'intelligence est une faculté matérielle. Quant à l'âme ou esprit, ils vivent par la pensée que leur chuchote le coeur. La pensée naît dans l'âme. Par ailleurs (article second) l'intelligence humaine, entraînée dans le domaine des connaissances agit indépendemment du sentiment et par conséquent du coeur. Si le but de la connaissance est l'amour et la nature, il y a place nette pour le coeur humain. (1)

---------------------------------------------------
(1) Correspondance de Dostoïevski, tome I, lettre du 31/10/1838 num. 11
------------------------------------------------------

Il n'est pas dans nos intentions de nous livrer à une analyse détaillée de ce texte écrit dans un enthousiasme juvénile et peu soucieux de logique. Il n'en reste pas moins qu'il nous aide à situer les différentes facultés humaines les unes vis à vis des autres. Nous nous y référerons dans les pages qui suivent. Pour débuter, voici un tableau explicitant les termes que nous allons aborder.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article