Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

























 


LA PALESTINE A L'HONNEUR AU CENTRE INTERNATIONAL








Samedi soir, repas "palestinien", suivi d'un film réalisé également par un Palestinien sur la manière non seulement Kafkaïenne mais atroce  qu'utilise le pouvoir sioniste pour faire disparaître peu à peu le peuple arabe de son territoire morcelé et confisqué par lui. Les Palestiniens  très justement assimilent depuis 1948, soit soixante ans, la création de l'état sioniste avec le mot "NAKHBA": catastrophe.

Quand je suis arrivé vers 19H 30 les participants soupaient amicalement dans la salle principale du centre international.
Assez rapidement, le temps de prendre un verre en discutant déjà du Moyen Orient avec des camarades,  et Catherine Lucas,spécialiste du monde arabe mais aussi engagé pour qu'y règne plus de justice, nous a présenté le film que nous allions visionner. Il s'agit de l'oeuvre d'un Palestinien dont malheureusement je n'ai pas réussi à retenir le nom. Je pense que ce film pourrait s'intituler "Palestine, histoire de terre". mais que son vrai titre est "Rideau de fer"
Ce film  débute par la déclaration d'un leader sioniste passé, Vladimir  Jabontinsky, fondateur du parti Irgoun et Likoud de Sharon. : "Le Mur de fer" (Nous et les arabes déjà en 1923.

     "Toute colonisation sioniste, aussi limitée soit-elle devra soit être abandonnée, soit poursuivie contre la volonté de la population autochtone. Pour cette raison, notre colonisation  ne peut se développer que sous la protection d'une grande puissance qui ne se préoccupe pas de la volonté de la population locale afin qu'il soit possible de nous séparer de cette population par un mur de fer infranchissable....
Un accord entre eux et nous sur une base volontaire est impossible. Tant qu'ils auront la moindre lueur d'espoir de se débarrasser de nous, ils n'abandonneront pas cet espoir et rien ne pourra les convaincre, ni les belles paroles, ni l'argent.
Car ils ne sont pas un mélange indéfini mais une nation, une nation opprimée mais vivante.... Ce n'est que lorsqu'ils constateront que le rideau de fer entre eux et nous est infranchissable que les extrémistes parmi eux abandonneront et que de plus modérés apparaîtront pour nous demander des concessions sur certains éléments pratiques."(Jabontinsky)


Nous savons aujourd'hui que l'état protecteur ce sont les États Unis, qui pour des raisons liées parfois à des avantages économiques,  ne cessent, avec la complicité tantôt active, tantôt passive des nations européens de favoriser l'état sioniste malgré ses crimes incessants, à la limite d'un génocide culturel et parfois physique, contre la population arabe de Palestine.
La vision de ce film très bien documenté  et très concret est abominable. On se demande comment il est possible de vivre une vie normale dans ce que l'occupant Sioniste a fait d'un territoire qui autrefois était un des plus riches de la région et qui aujourd'hui peut-être comparé sans exagération à un immense camp de concentration.
Tout y est fait dans les territoires occupés pour faciliter la vie des colons de plus en plus envahissants, j'ai envie de dire de plus en plus voleurs de terre, d'eau et surtout de dignité humaine. Un apartheid, bien plus sévère que celui d'Afrique du sud, aux dires d'un Sud Africain qui avait vécu sous la tyrannie des "Afrikaans venus du noord". Là une belle autoroute qui au plus court permet à des colons de gagner leurs bureaux en un quart d'heure. Ici une route mal entretenue, bien entendu réservée aux arabes, coupée par de nombreux check-points qui ne permet de faire le même trajet  qu'en plusieurs heures. Ce qui importe aux Sioniste, c'est que les citoyens de l'état raciste ne puissent rien voir des villages ou de la population Palestinienne qui vit dans la même région comme s'ils n'existaient pas.

Un peu d'histoire: En 1948, lorsqu'une décision scandaleuse et illégale de l'ONU créa le pour moi pseudo État d'Israël (qui n'aura le droit  de se dire tel que le jour où non seulement il reconnaîtra en paroles mais en faits un vrai état Palestinien avec Jerusalem-est comme capitale), il y a eut une mini guerre.
Les Israéliens racontent qu'assiégés par huit armées arabes, ils ont gagné comme David contre Goliath. Rien n'est plus faux puisque toutes ces troupes arabes  ne représentaient pas plus que 25 000 hommes et les Sionistes  120 OOO.

Cette première guerre fut le début de l'exil de plusieurs centaines de milliers de réfugiés. Quatre cent dix-huit villages arabes  furent détruit après abandon ou expulsion de leur population. Toutes ces terres furent peu à peu déclarées acquises aux conquérants voleurs.
Un chroniquer israélien de l'époque ose qualifier de voleurs des arabes qui  récoltaient sur leurs terre la moisson fruit de leur travail !!!)

Pour accentuer la nature juive du nouvel état deux lois essentielles sont proclamées.
La premier loi du "Retour" permet à tout juif n'importe où dans le monde d'obtenir la nationalité israélienne et de pouvoir par exemple s'installer dans les terres "abandonnées" par les Palestiniens.
Une deuxième loi qui complète cette dernière interdit le retour  des réfugiés sur leur propriété.

Seuls les arabes qui n'ont jamais quitté leurs biens  peuvent obtenir la nationalité du nouvel état. S'ils ont eu le malheur de changer de village ils sont considérés comme présents-absents. Ils peuvent demeurer en Israël mais ont perdu tout droit sur leur terre en dépit de leur titre de propriété.
Un état né de telles spoliations  ne mérite pas d'être reconnu par L'ONU.

Depuis la guerre de 67, les Sionistes occupent la totalité de la Palestine. Ils n'ont pas tardé à colonisé, à morceler celle-ci en en chassant par tous les moyens possibles la population Palestinienne pour créer de nouvelles colonies afin, par la politique du fait accompli, de judaïser la ville de Jerusalem est. Quelques centaines de colons qui occupent la ville d'Hébron, peuplée par plus de 100 000 arbes avec l'appui de Ta'hal qui est plus une milice sioniste qu'une armée régulière ont porté la terreur dans cette ville où les citoyens souffrent d'une occupation  plus dure sans doute que celle des troupes allemandes par exemple à Bruxelles. Je sais que mon  exemple en choquera certains mais la Vérité est toujours bonne à dire même quand ils s'agit de juifs dévoyés.
La politique de l'eau, autre bien extrêmement précieux en Palestine est faite d'une confiscation généreuse pour les Colons qui vivent comme des occidentaux dans le gaspillage et les Palestiniens réduits à la portions congrue alors qu'il s'agit de leur réserves à eux.
Ces colons presque toujours armés (Ce sont donc des soldats occupants  et on peut considérer comme un droit, ou plutôt un devoir de les renvoyer  par les armes s'il le faut dans leurs zones sionistes.  Ce sont des résistants au sens des notres en 40-45.
 Les terroristes, ce sont ces colons qui par exemple à Hébron terrorisent les familles palestiniennes pour les chasser et non ces familles sans défense qui subissent une torture morale  et parfois physique de la part de ces colons-bourreaux.
Depuis deux ans la construction d'un mur avec une perversité extême  rend pratiquement impossible la création d'un vrai état Palestinien au territoire continu car ce mur qui très souvent a été construit sur territoire Palestinien rattache paratiquement   un bloc de colonies qui représente près de 20 % de la Cisjordanie à une Jérusalem sionisée , tandis que des quartiers entiers de l'est de la Ville Sainte arabesont séparés de Jérusalem par ce Mur de la Honte.
Ainsi on crée peu à peu une capitale  de plus en plus Sioniste puisque des milliers de Palestiniens qui y résident en sont sont artificiellement exclus par un mur qui par ailleurs  ouvre la ville à des colonies qui n'en n'ont jamais fait partie.
C'est là une des manifestation de cette Nakhba désastreuse pour le peuple Palestinien qu'on peut considérer comme, sinon la mise à mort physique des juifs par les nazis lors de l'horrible Shoah, comme une tentative de faire disparaître par des moyens illégaux, violents et meurtriers eux aussi un peuple de sa terre.
A mes yeux c'est comme une version light  certes de la shoah mais qui veut aussi faire dispartaître peu à peu un peuple légitimement chez lui de son territoire au profit d'envahisseurs illégaux selon de droit humain universel.

C'est ainsi qu'un sioniste,venu d'Antwerpen et douanier interdit un jour à  un Palestinien réfugié en Jordanie d'aller visiter son village natal  dont il avait été expulsé par des soldats colons criminels.  C'est une des aberrations de cette loi criminelle sur le retour que la Communauté internationale devrait condamner comme l'Apartheid dont il n'est au fond qu'une autre formulation  pire que sa première version sud-africaine.

Le film, le Rideau de fer, après nous avoir montré par des reportages exprimant sur le vif le martyr du peuple arabe de Palestine et par des cartes géographiques claires  l'implacable envahissement  des territoires arabes nous persuade  de l'application pure et dure de la   déclaration de Jabotinsky dont les projets criminels ont été menés à bien  ou plutôt à "mal" par le gouvernement du même type qui depuis 60 ans opprime avec persévérance la population autochtone et légitime de Palestine ou de celle qui  croupit depuis des dizaines d'années dans des camps qui sont les nouveaux ghettos de Varsovie.

Nous avons eu ensuite un échange très intéressant animé par Lucas Catherine auteur de plusieurs ouvrages sur le drame Palestinien   en particulier "Palestine, la dernière colonie" et un Palestinien, lié au Fatah  s'exprimant d'ailleurs en arabe.
Chacun a pu interroger ces deux conférenciers, il a été question des relations difficiles entre le Hamas et le Fatah  et la meilleure tactique pour combattre l'oppression israélienne.
Certains ont tenté de comparer la situation Palestinienne au problème du Tibet, point de vue rejeté par les deux conférenciers qui ont rappelé par exemple que la politique de l'enfant unique imposé au peuple "HAN" pour raison de démographie n'a pas été imposé aux minorité nationales dont le Thibet.
Nos médias, dirigés souvent insidieusement par l'impérialisme américain parfois à travers des organisations comme "reporters sans frontières" qui,  question "Droits de l'homme" trouvent plus à dire à propos de Cuba que ou d'Haïti, "oublient " de nous signaler combien la population du Thibet vit mieux qu'en 48 alors qu'en Palestine les arabes vivent cinq fois moins bien qu'au début de la Nakhba.

J'ai quitté cette réunion aussi intéressante que bien documentée vers 22 H 50 devant reprendre mon train mais je sais par une amie qu'elle s'est prolongée bien  tard. Nul doute que la plupart de celles ou de ceux qui y ont participé à cette réunion  sont  repartis chez eux persuadés à juste titre que la Nakhba n'est pas une illusion et que nous devons faire pression chacun sur notre gouvernement pour que cesse cette fallacieuse position d'équidistance entre Israël et les Palestiniens qui revient à laisser sans défense l'agneau devant le loup sioniste qui, "EN TANT QUE TEL" doit être expulsé d'un Moyen Orient où sous d'autres conditions de justice, Juifs et arabes, musulmans, chrétiens,  athées ou non peuvent très bien coexister fraternellement.  Mais c'est là une nouvelle histoire à laquelle tous nous devons coopérer avec énergie et persévérance en union avec les Palestiniens et les Juifs lucides qui veulent vivre entre eux autrement.





Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://wwww.poete-action.ultim-blog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article