Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

ET SI LES USA PLUS IMPERIALISTES QUE JAMAIS NOUS PREPARAIENT UNE TROISIEME GUERRE MONDIALE CONTRE LA RUSSIE ?

La campagne anti-russe des médias occidentaux s’accentue. Raison de plus pour faire écho aux médias hors système qui donnent un point de vue diamétralement opposé. [Silvia Cattori]

Au milieu de menaces publiques croissantes comme quoi les États-Unis seraient en train de préparer une escalade de leur intervention militaire en Syrie, le New York Times a publié jeudi un article de fond qui a qualifié la Russie d’« État hors-la-loi. »

Ce durcissement du discours, qui est devenu de plus en plus hystérique en ce qui concerne la Russie, est la réaction à la débâcle subie par l’impérialisme américain au cours des cinq années de la guerre par procuration qu’ils mènent pour obtenir un changement de régime en Syrie. Les forces du gouvernement syrien qui sont soutenues par les forces aériennes russes, semblent être sur le point de reprendre toute la portion orientale d’Alep, le principal bastion des « rebelles » appuyés par les États-Unis et composés principalement de milices islamistes affiliées à al Qaïda.

Le ministre des affaires étrangères John Kerry a adressé mercredi un ultimatum à son homologue russe Sergueï Lavrov : soit la Russie retient à la fois ses avions de chasse et ceux du gouvernement syrien au sol, soit Washington rompra toutes négociations avec Moscou sur la Syrie.

La signification de cette menace a de plus été précisée lors d’un point de presse par le porte-parole du ministère des affaires étrangères John Kirby qui a déclaré aux journalistes que vu que la Russie a rechigné à s’incliner devant les exigences américaines, « des extrémistes et des groupes d’extrémistes continueront à […] étendre leurs opérations qui comprendront, sans aucun doute, des attaques contre la Russie et peut-être même des villes russes, et que la Russie continuera de rapatrier des soldats dans des housses mortuaires en continuant aussi de perdre des ressources et même peut-être des avions ».

Le caractère provocateur et parfaitement effronté des remarques de Kirby n’est pas dû au hasard. Le fait que Washington voulait formuler une menace quant au déclenchement d’un terrorisme parrainé par la CIA contre la Russie a été souligné par une rubrique de Philip Gordon parue dans le Washington Post.Celui-ci fut jusqu’à l’an dernier le conseiller de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et le Golfe persique. Ce billet qui prévenait dans son titre que « la Russie paiera le prix », a recouru à un langage quasi identique en affirmant qu’une continuation des actions russes en Syrie « pourrait bien avoir pour conséquence des attaques terroristes contre la Russie. »

Gordon a poursuivi en prévenant que le gouvernement Obama pourrait prendre des mesures afin « d’augmenter les coûts pour la Russie », en ajoutant, « L’armement de l’opposition à l’aide de missiles lançables à l’épaule et capables de frapper des avions russes et syrien au-dessus d’Alep figure parmi les options ».

Le gouvernement de Poutine représente l’oligarchie dirigeante russe qui s’est enrichie grâce au vol de la propriété d’État durant la dissolution de l’Union soviétique et la restauration du capitalisme. Son intervention en Syrie tout en ayant un caractère défensif en réaction aux tentatives américaines d’encercler et d’isoler la Russie, représente les intérêts de cette oligarchie et n’offre pas de solution progressiste à la catastrophe que l’impérialisme a causé en Syrie et au Moyen-Orient en général.

Ceci étant dit, les crimes commis par Poutine font pâle figure face à ceux perpétrés par les gouvernements américains successifs qui ont tous bénéficié de la duplicité et de la propagande médiatique du New York Times.

Le gouvernement américain est responsable de la mort de plus d’un million de personnes en Irak et de centaines de milliers d’autres en de l’Afghanistan à la Libye en passant par le Yémen. Il a fomenté les opérations de changement de régime tant en Ukraine qu’en Syrie qui ont entraîné un carnage dans ces pays, et en grande partie grâce à des armes livrées par la CIA.

De plus, alors même que le Times s’en prend au « carnage » mené par les Russes en Syrie, le Pentagone annonce l’envoi de 600 soldats américains supplémentaires en Irak afin de préparer le siège de Mossoul qui, tout comme les assauts contre Fallujah et Ramadi, impliquera des crimes de masse contre la population civile.

Si les mots ont un sens, l’éditorial du Times est un avertissement : les préparatifs d’une troisième guerre mondiale sont en train de rapidement progresser dans le dos de la population des États-Unis et de la planète entière.

Par Bill Van Auken | 30 septembre 2016

Vous pourrez lire l'article intégrale à l'adresse suivante :

http://arretsurinfo.ch/le-new-york-times-qualifie-la-russie-d-etat-hors-la-loi/

P.S. D'Yvan Balchoy

A la TV française, un journaliste a reconnu que le siège de Mossoul provoquerait inévitablement la mort de milliers de civils.

Je condamne tout autant les bombardements des civils innocents par Assad et le russes mais aussi celui de Mossoul par les USA et leurs alliés dont les avions belges qui n'ont rien à faire là-bas !
Avant de se faire les gendarmes, souvent  plutôt les bandits du monde il me semble que les USA devraient surveiller leur police si souvent raciste et l'accession beaucoup trop facile aux armes qui explique le haut taux d'homicides au pays de l'Oncle Sam.

Yvan Balchoy

Commenter cet article