Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

L'HEURE N'EST PAS A LA POESIE (BERTOLD BRECHT)

Je sais bien : On n’aime que

Les gens heureux. Leur voix

Nous plaît. Leur visage est beau.

.

L’arbre étiolé de la cour

Dénonce l’aridité du sol, mais

Les passants le traitent d’estropié

A juste titre.

.

Je ne vois

Ni les bateaux verts ni les joyeuses voiles du Sund. De tout cela

Je ne vois que le filet déchiré des pêcheurs.

Pourquoi ne parlé-je que

De la quadragénaire qui chemine le dos voûté ?

.

Les seins des jeunes filles

Sont chauds comme aux temps passés.

.

Une rime dans ma chanson

Me semblerait presque être une insolence.

.

En moi s’affrontent

L’enthousiasme à la vue du pommier en fleurs

Et l’effroi lorsque j’entends les discours du barbouilleur.*

Mais seul le second

Me pousse à ma table de travail.

.

(*Brecht aimait utiliser ce sobriquet pour désigner Hitler qui voulait devenir peintre en suivant l’Ecole des Beaux-Arts de Vienne.

http://www.gauchemip.org/spip.php?article6753

Commenter cet article