Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 C’est une situation scandaleuse qui perdure depuis des lustres : en Belgique quand vous choisissez une chambre individuel à l’hôpital ou en clinique, non seulement vous payez la chambre aujourd’hui parfois jusque cinq fois plus cher mais tant les honoraires du médecin que les médicaments peuvent vous couter beaucoup plus cher.

C’est un peu comme si on considérait que ce choix est un luxe à payer très cher, ce qui le plus souvent le rend inaccessible aux économiquement faibles.

Pour éviter cela, une nouvelle législation interdit ces suppléments dans les chambres autres

Bien entendu certains médecins, marchands de soin plutôt que patriciens de la santé publique se sentent frustrés et comme l’imagination de lucre est bien développée chez eux, ils ont trouvé comme parade simplement de ne plus se consacrer qu’au patients en chambre individuelle.

C’est illégal comme le Ministre de la santé vient de le rappeler mais je doute fort qu’on les punisse de leur goinfrerie financière.

Pire encore, les institutions de soin ont vite compris l’avantage pour eux d’offrir le plus de chambres individuelles tellement plus lucratives et les nouveaux aménagements hospitaliers offrent de plus en plus de chambres individuelles quitte à retarder ceux qui désirent des chambres doubles ou à les décourager de leur choix.

Nouveau dérapage d’une médecine qui si on continue dans ce sens, on arrivera vite aux scandales de la médecine américaine par exemple où vous êtes d’autant mieux soignés que fortunés et parfois pas du tout car les prix demandés sont prohibitifs pour les plus pauvres.

 

En France, le même phénomène existe aussi mais, dans des cliniques qui ne disposent pratiquement que de chambres  individuelles, le patient a légalement le droit d’exiger une chambre double et dans ce cas il obtient pour 45 euros une chambre individuelle facturée 85 euros à celui qui accepter une chambre individuelle.

J’espère que notre Ministre de la Santé aura à cœur de trouver une solution similaire plutôt que de légaliser cette médecine à deux vitesses qui à longue échéance risque de supprimer la Sécurité sociale en la remplaçant par des assurances privées tellement plus couteuses et parfois inaccessibles !

 

Qu’en pensez-vous, Madame la Ministre de la Santé, si à l’honneur, pas toujours pour de bons motifs en mon pays ?

Yvan Balchoy

 

www.actionpoetique.overblog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article