Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Arrête-toi !

Je veux te conserver à tout jamais telle que tu m'apparais à l'heure présente !

Le dernier son de l'inspiration s'est tu sur tes lèvres entrouvertes.

Tes yeux ne brillent plus, ne lancent plus d'éclairs. Ils se ternissent, alourdis de bonheur, conscients d'avoir exprimé la beauté, cette beauté que poursuivent tes bras tendus, triomphants et las !

Quelle est cette lumière — plus pure que l'éclat du soleil qui se répand sur tout ton corps et sur les moindres plis de tes draperies ?

Quel est ce Dieu de qui le souffle amoureux rejette en arrière ton opulente chevelure ?

Son baiser brûle sur ton front, pur et blanc comme le marbre ! L'énigme est dévoilée !...

Mystère de la poésie, de la vie, de l'amour !...

C'est cela l'immortalité !... Il n'y en a point, il n'en faut point d'autre !...

Tu es immortelle en cet instant.

Mais il passe, et tu redeviens une pincée de cendre, une femme, une enfant...

Que t'importe ! Tout à l'heure, tu étais plus grande que tout ce qui passe.

Et ton heure ne finira jamais.

Tourgueniev – Poesie en prose

http://ebook-gratuit-francais.com/wp-content/uploads/sites/6/ebooks/pdf/tourguenieff_poemes_prose.pdf
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article