Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Par Marcel Sel le 23 février 2015

Quand un « musulman » s’en prend au sionisme pour manifester son antisémitisme en douce, on constate logiquement une levée de boucliers bienvenue

Mais quand il s’agit de vrais nostalgiques du Reich, apparemment, c’est plus discret. Surtout quand, dans l’assistance, on remarque le propre fils du ministre belge de l’Intérieur et vice-premier ministre Jan Jambon. L’histoire ne précise pas s’il a chanté avec, mais en tout cas, ce Wouter Jambon savait où il mettait les pieds en s’invitant à la fermeture du Leeuw van Vlaanderen (le Lion des Flandres), également connu sous le nom « De Beest » (La Bête), avec le s de SS, s’il vous plaît

. Il y a quelques années, le café « radical », en plein cœur d’Anvers, avait fait l’objet d’un signalement par Joods Actueel pour la présence de ce S, rune qui n’est autre que celle qui brillait au col des sinistres exécuteurs de la Shoah, et qui a pour sens la victoire et le soleil. Le café avait simplement modifié l’intérieur de la rune pour qu’elle ressemble moins à celle du régime hitlérien, mais la forme, elle, est longtemps restée. Et puis, plus personne n’a moufté publiquement.

Vous comprenez, c’est du folklore bien flamand ! Finalement, le texte « De Beest » a fini par disparaître du portail.

Jan Jambon fréquentait De Beest, avec le S de SS. Du folklore flamand ? C’est en substance le ton d’un article de Ruud Goossens dans De Standaard, titré « Ici, nous pouvions nous débarrasser de nos frustrations ». Une phrase d’un des participants à la soirée de fermeture qui nous rappelle que les néonazis sont surtout des frustrés. Frustrés par la mainmise francophone. Frustrés par la disparition du Reich. Et pour certains, frustrés qu’on n’ait pas achevé la Solution finale.

Le journaliste du Standaard relève que la soirée de samedi fut ponctuée de « quelques chants extrêmement déplacés », notamment sur les Francophones, puis sur les « orientaux » et enfin, sur les Juifs. Il note aussi la présence de Wouter Jambon, le fils du ministre. Il explique qu’à un moment donné, deux « pensionnés se sont mis à chanter sur les Juifs ».

Et que le tout a fini sur les paroles « Le four brûlera bientôt » (Weldra zal de oven branden). Selon Filip Dewinter (Vlaams Belang), présent bien entendu, il ne faut toutefois pas prendre ces chants antisémites au pied de la lettre. C’est bien évidemment du folklore. Hali halo hala, c’était du folklore aussi. Au final, le Reich, les SS, la guerre, ach ! mais c’était franchement folklorique, ami !

Vous pourrez lire l'intégralité de l'article de Marcel Sel à l'adresse suivante :

http://blog.marcelsel.com/2015/02/23/le-fils-du-ministre-de-linterieur-chez-les-neonazis-pour-les-juifs-le-four-brulera-bientot/
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article