Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 
MICHEL COLLON

MICHEL COLLON

 

04 Oct 2018 

 

 

 

Depuis 2004, cet essayiste et journaliste belge anime Investig’Action, un site d’information alternative récemment attaqué. Ses critiques du lobby sioniste lui en ont valu en retour, auxquelles ce dernier répond ici. 

 

On vous soupçonne de faire de la propagande ­pro-russe et de développer des thèses conspira­tionnistes. Que répondez-vous ?

 

Il faut toujours réfléchir à la position de ceux qui ­formulent des critiques. Sachant que je m’oppose aux intérêts des multinationales des États-Unis et de la France et à leurs guerres, il est normal qu’on m’attaque. Ce sont souvent des étiquettes sans preuves. J’ai publié un texte intitulé “Complotiste, moi ?”, où j’explique que c’est un grand piège d’analyser le système économique et social par le complotisme.

Dans mes livres, j’avance au contraire que nous sommes victimes d’un système dirigé par des multinationales. J’ai parlé de 2 000 à 3 000 familles, aux noms et activités bien identifiables, qui dominent l’économie et la société mondiale. Je me suis toujours opposé à l’analyse complotiste. Si certains médias me qualifient de tel, c’est parce qu’ils ont peur du débat avec moi. C’est une manière de discréditer pour sauvegarder leurs positions.

 

Et sur les accusations de propagande pro-russe ?

 

Je suis contre la politique américaine d’encercler la Russie, de l’affaiblir en l’entourant de bases militaires et de régimes asservis… Les États-Unis tentent de relancer la guerre froide. Ce n’est pas une bonne affaire pour nos peuples. On devrait plutôt concentrer notre énergie pour régler les problèmes de pauvreté, de sous-développement, de gaspillage des énergies naturelles, de pollution… La guerre ne résout aucun de ces problèmes, elle les aggrave. Ceux qui me traitent de pro-russe confondent deux choses : être contre la guerre ne signifie pas approuver toute la politique d’un pays visé. Être pour la solution pacifique, ce n’est pas une position pro-russe, pro-chinoise, pro-syrienne… C’est juste une position en faveur de la paix et de la souveraineté des nations.

 

Votre site internet a récemment été attaqué. Que s’est-il passé ?

 

Cela a commencé après la publication de mon livre Israël, ­parlons-en ! (éd. Investig’Action, 2010, ndlr), dans lequel je réfute tous les mensonges médiatiques, en ­expliquant qu’Israël est une puissance coloniale, raciste, basée sur le vol de la terre, le nettoyage ethnique, l’apartheid et l’agression permanente de ses voisins… S’il y avait une justice internationale, le gouvernement israélien devrait être condamné pour cela. On ne m’a pas pardonné de mettre les pieds dans le plat, parfois dans des débats télévisés, comme Ce soir (où jamais !), avec Frédéric Taddeï, face aux porte-parole du lobby sioniste… Mais je ne suis pas le seul.

 

Quelles en ont été les conséquences ?

 

Ce lobby a décidé de me salir et de me couper de l’opinion publique. Caroline Fourest a réalisé un documentaire (Les Obsédés du complot, en 2013, ndlr). Puis j’ai subi les attaques de tous les petits sous-marins de Bernard-Henri Lévy, qui refuse toujours le débat contradictoire. Récemment, cette agressivité s’est déchaînée contre moi lorsque j’ai organisé, avec d’autres associations, un événement en Belgique intitulé “Pourquoi et comment être solidaire des Palestiniens”, sur le thème du mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions, qui veut faire payer à ­Israël le prix de l’occupation en Cisjordanie, ndlr). Depuis, je suis l’objet d’une campagne de calomnies.

Vous pourrez lire l'article intégral sur le site d'INVESTIG'ACTION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article