Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Affaire Mawda: une première audience publique aura lieu ce jeudi au tribunal de Mons

Mawda est décédée le 17 mai 2018.
Mawda est décédée le 17 mai 2018. - COM

Le 17 mai 2018, Mawda, une petite fille kurde, trouvait la mort lors d’une course-poursuite sur l’autoroute E42 entre la police et un véhicule transportant des migrants qui tentaient de rejoindre le Royaume-Uni. Le policier montois, auteur du coup de feu, sera jugé pour homicide involontaire par le tribunal correctionnel. Début juillet, Me Ben Khelifa, avocate de la famille de Mawda, avait pourtant milité pour la requalification des faits en homicide volontaire. Mais la chambre du conseil avait pris la décision de conserver la qualification d’homicide involontaire. Le passeur et le chauffeur de la camionnette ont également été renvoyés devant le tribunal correctionnel. Ils sont inculpés d’entrave méchante à la circulation avec circonstance de mort et rébellion.

Des zones d’ombre

La première audience publique qui devra traiter de cette affaire aura lieu ce jeudi 6 août au tribunal de Mons. Le tribunal devra répondre à de nombreuses questions car il reste pas mal de zones d’ombre dans le dossier.

 

Cette première audience devrait en tout cas attirer du monde car ce drame avait ému de nombreuses personnes. Des collectifs de soutien à la famille de Mawda se sont même constitués.

« Nous refusons que la qualification d’« homicide involontaire » serve à délivrer un permis de tuer des migrants, nous refusons de considérer que le meurtre d’une enfant de moins de deux ans par la police belge soit réduit à un « défaut de prévoyance », nous refusons que le présumé conducteur se retrouve inculpé comme co-auteur pour blanchir le policier qui a tué Mawda, nous refusons que ce policier soit jugé comme le seul et unique responsable », réagit le comité de soutien Justice et vérité pour Mawda.

Je ne suis pas sûr que l'honneur de la  famille de Mawda sera respectée par la Justice. N'oublions pas, qu'après l'homicide volontaire commis contre une camionnette remplie de personne, un homicide donc VOLONTAIRE qui a tué une petite fille innocente, après les mensonges conjoints de la police et du parquet qui ont tenté d'attribuer la mort de cet enfant à ceux qui l'accompagnaient.

On a tenté de faire porter la responsabilité totale de l'incident au chauffeur qui fuyait certes mais ce qui s'est passé montre que ce policier qui a tiré sans raison et l'organisation des forces de l'ordre n'était pas animée du respect nécessaire face à ceux qui fuyent souvent des dangers venus en partie de nos forces militaires et nos alliés.

Mawda est victime de l'entêtement d'un homme a avoir raison envers et contre tout même face à la vie de réfugiés qui ne sont pas des délinquants  mais des victime comme cette petite fille dont la mort aurait du immédiatement garantir la réparation financière et la liberté de résider en notre pays.

Du, courage, il en faudra aux juges  face à  ce qui n'est pas un tragique accident mais un abus de droit mortel. 

Je suis sûr  en tout cas que si la victime avait été un agent des forces de l'ordres, il y a très longtemps que le procès et les condamnations auraient eu lieu !

 

(YB)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article