Catégories

Publié par BALCHOY

Georges Ibrahim Abdallag ce résistant Palestinien détenu en toute illégalité par les gouvernement francais de gauche (en particulier l'actuel Ministre de l('in)justice) et de droite vérotables carpette ici devant les sionistes et l'Oncle SAM

Georges Ibrahim Abdallag ce résistant Palestinien détenu en toute illégalité par les gouvernement francais de gauche (en particulier l'actuel Ministre de l('in)justice) et de droite vérotables carpette ici devant les sionistes et l'Oncle SAM

 

UNE DES PLUS GRANDE HONTE DES GOUVERNEMENTS SARKOZI ET HOLLANDE UNIS DANS L'INJUSTICE VIS A VIS DU PEUPLE PALESTINIEN

 

 

Xarlo@aol.com

 

 

 

 

 

à liberte.pour.g., cubadelsol, ahsmbenin, yokufran, valerie-tran, yngridm21, verolemon, patricia-herna., du.pierre, t.laxalt, nancy2211, micheldarriet, gege_biarritz

 

 

 

 

 

Bonjour, 3 documents pour Georges Ibrahim Abdallah, aussi en fichier joint- Stephan - solidaritegeorgeslille@aol.fr

Manifeste en faveur de Georges Ibrahim Abdallah

Georges Abdallah : la lutte continue?!

Journée internationale d’action pour Georges Abdallah !

Manifeste en faveur de Georges Ibrahim Abdallah

Coordonnateur: Gilbert Hanna

3, Allée de la butte

33320 Eysines

Tél: 06 85 63 50 38.

Courriel: liberte.pour.georges@gmail.com

A l’attention de Son Excellence

Monsieur François Hollande,

Président de la République Française

55, Faubourg Saint Honoré

75008 Paris

Monsieur Le Président,

Nous souhaitons très respectueusement attirer votre attention sur le cas de M. Georges Ibrahim Abdallah, militant politique d’origine libanaise, emprisonné en France depuis 28 ans, dont la justice française a ordonné en janvier 2013 la remise en liberté, sous réserve d‘un arrêté d’expulsion.

M. Georges Ibrahim Abdallah, qui entame sa 29me année de détention, est l’objet d’un invraisemblable déni de droit de la part de la France. Libérable depuis 1999 c’est à dire depuis 14 ans, il a été maintenu en détention sur pressions des Etats unis et d’Israël.

La récente décision de la justice française ordonnant sa libération se heurte toutefois à l’obstruction du Ministère habilité à ordonner l’expulsion du territoire.

Aucun argument n’a été avancé justifiant le report de la décision d’expulsion comme prévue dans le jugement de première instance et confirmée en appel.

Nous nous adressons à vous en votre double qualité de chef du pouvoir exécutif et de Président du Conseil Supérieur de la Magistrature pour vous demander de bien vouloir mettre en conformité l’exécutif avec la décision judiciaire. Ce faisant, la séparation des pouvoirs sera ainsi respectée sous votre autorité.

De surcroît, au vu de certaines démarches, les droits de la défense ne paraissent pas garantis. Monsieur Georges Ibrahim Abdallah et son avocat ont, en effet, été avertis qu’un appel avait été fait le 15 janvier 2013 dont ils ne connaissaient ni les raisons, ni le contenu.

Incarcéré depuis 1984, Georges Ibrahim Abdallah a battu le record, détenu jusque-là par Nelson Mandela (27 ans), le chef du combat nationaliste sud-africain, devenant le «Doyen des prisonniers politiques en Europe».

Des démarches auraient été entreprises par des pays amis de la France pour interdire sa libération au prétexte qu’un crime de sang de nature «terroriste» est imprescriptible en Israël de même que la peine afférente.

Israël s’est lui-même exonéré des massacres des Palestiniens des camps de Sabra et Chatila, en septembre 1982, à Beyrouth, faisant valoir, selon le premier ministre de l’époque, Menahem Begin que «Des goyins ont tué d’autres goyins en quoi Israël est responsable?» Ce qui s’avère absolument faux car Israël était directement responsable de ce massacre.

Nous vous saurions gré si vous usiez de votre autorité en vue de mettre un terme à la cacophonie régnant entre deux ministères régaliens (Justice et Intérieur), dont la dissonance porte préjudice au bon renom de votre gouvernement, au-delà à la France, et dont la discordance porte en germe les risques d’une profonde altération de l’image de la France au Liban, un des ultimes points d’ancrage de la France dans le monde arabe.

Une peine a été accomplie dans sa totalité. Elle implique la libération du détenu. Une libération qui n’est pas une faveur, mais une stricte application du principe de la légalité des délits et des peines.

La peine, accomplie de manière exemplaire, c’est-à-dire en conformité avec les règles de bonne conduite, ouvrait droit à une libération anticipée. Cela n’a pas été le cas. Mais cela ne doit pas se transformer pour autant en une détention illégale, à tout le moins arbitraire.

L’application d’un droit ne constitue pas une faveur, mais une obligation morale. Le Droit applicable en France par la France pour l’honneur de la France, un pays qui se revendique comme «la patrie des Droits de l’Homme».

Veuillez croire Monsieur le Président en notre profond respect.

Fait à Eysines le 8 Février 2013

Premiers Signataires:

* André Rosevègue, Union Juive Française pour la Paix – Aquitaine France

* Mgr Jacques Gaillot, Evêque Paris-

* Philippe Poutou, Candidat NPA aux Présidentielles en France.

* Jean Berthet, militant associatif pour la Palestine à Palestine 13 et UJFP, ancien déporté de Buchenwald.

* Anis Balafrej, Ingénieur-Maroc

* Aicha Lemsine, Ecrivain-Algérie

* Stéphane Lhomme, Saint Macaire 33 France

* Martha Mundy, Professeur d’université Londres Royaume Uni.

* Claude Coursin, militante des femmes en noir à Marseille

* Abdel Aziz Chaambi, Président du collectif contre l’Islamophobie (France)

* Philippe Arnaud, secrétaire Solidaires 33 militant-citoyen.

* Joelle Moreau, Présidente associative- Gironde.

* Benoit Braconnier, Comédien militant syndical SFA CGT

* David Robert syndicaliste membre du bureau Solidaires 33

* Jacques Salles, Fondateur du Comité Palestine 33 et Président d’honneur –Gironde

* Jean Michel Gendek syndicaliste solidaires 33, animateur adjoint radio

* Nadia Gaiddon, Conseillère municipal, Ramatuelle-France

* Alain Buaz syndicaliste trésorier Solidaires 33

* Samar Saad, Membre du Collectif pour la Syrie en vue de la promotion d’un état démocratique-France.

* Hala Abou Hamdane, Enseignant Chercheur en Droit constitutionnel aux universités libanaise et islamique – Beyrouth Liban.

* Samiha Hali, journaliste-Algérie.

* Omar Nfati, Conseiller municipal Libourne 33

* Graziella Danguy, Secrétaire de la FSU Gironde 33

* Brigitte Jammet, Syndicaliste membre du bureau Solidaires 33

* Carl Pivert, militant Parti de Gauche 33

* Remi Brard, citoyen France

* Soraya Chekkat, Collectif PACA pour la libération de Georges Ibrahim

* Falestina Sabrina – France

* Madame Bruna Di-Léta, 49 rue Jean Moulin 95140 Garges-les-Gonnesses.

* Madame Emilienne Galano, Citoyenne France

* Monsieur Di-Leta Patrice, 24 Rue Rousseau Marseille

* Monique Allegre, Professeur retraitée- France.

* Murielle Vandenhotte, citoyenne

* Rebecca Gonzalez Citoyenne France

* Claude Perrot, militant associatif Bordeaux.

* Jacques Martinaud, militant Parti de Gauche 33 et animateur Radio.

* Joël Saintier, ex candidat PG pour le Front de Gauche, 6ème circonscription de la Gironde

* Jean Claude Guicheney Président LDH

* Faustine Bréhier syndicaliste SUD étudiant M2 sciences de l’éducation

* Corinne Versigny, Secrétaire générale UD CGT Gironde

* Yamina Kraria, syndicaliste fédérations des finances CGT

* Gilbert Hanna, syndicaliste membre Bureau Solidaires 33 et animateur radio. France.

* René Naba, écrivain journaliste, France.

Georges Abdallah : la lutte continue?!

dimanche 10 février 2013

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 181 (06/02/13)

Tandis que l’État français multiplie les mesures dilatoires pour empêcher Georges Abdallah de rentrer au Liban, les pressions étatsuniennes se font plus fortes. 

Dans une pétition adressée à l’ambassadeur de France à Washington, 21 membres du Congrès américain exigent des autorités son maintien en détention, faisant fis de la pseudo-indépendance de la justice française. La France est-elle sous protectorat étatsunien?? De leur côté, les autorités françaises tentent de négocier avec leurs homologues libanais les modalités éventuelles de l’expulsion de Georges Abdallah. Elles voudraient imposer que celle-ci se déroule dans la discrétion absolue, sans manifestation populaire, pour celui qui est pour beaucoup de Libanais un symbole de la résistance à l’occupation sioniste. L’ambassadeur de France à Beyrouth multiplie les pressions allant dans ce sens pour dicter au peuple libanais ce que voudrait imposer l’administration américaine. Le Liban serait-il toujours sous protectorat français?? 

Mobilisation de la gauche libanaise

Mais la crise diplomatique et politique engendrée par le refus obstiné de Manuel Valls de signer l’arrêté d’expulsion, qui permettrait à Georges de retrouver ses proches et son pays, ne cesse de s’approfondir, ravivant les clivages politiques. Ainsi, loin de faiblir avec les reports répétés de la justice française, les actions de protestation se multiplient, et les déclarations politiques des organisations de la gauche libanaises se radicalisent. «?Tous ensemble organisons la riposte et préparons le grand jour de son retour parmi nous… Debouts, nous ne laisserons pas les Américains, les sionistes et leurs valets décider ce qui est juste pour nous ou pas?!?» (déclaration de la direction du PCL à la réunion des comités de soutien libanais à Georges Abdallah).

Après d’incessants reports d’audience, d’appels du parquet et de pourvoi en cassation , une nouvelle audience à huis clos et en visioconférence doit se tenir le 28 février. L’État français ne peut plus tergiverser. Il devra choisir s’il décide de garder Georges Abdallah en otage à vie ou s’il le libère.

D’ici là, c’est bien la mobilisation internationale et notre capacité ici à multiplier les actions de soutien qui seront déterminantes. Toutes les énergies, toutes les propositions doivent être exploitées. Là où n’existe pas de collectif de soutien local, il est tout à fait possible d’organiser sans plus tarder des rassemblements devant les préfectures, dans un cadre unitaire quand cela est possible. Toutes les informations permettant de confectionner du matériel d’agitation sont disponibles sur le blog du collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah1. Le temps nous est compté… Sachons répondre à l’urgence le la situation. 

Solidarité internationale?! Libérons Georges Abdallah?!

Alain Pojolat

1. http://liberonsgeorges.over-blog.com/

Journée internationale d’action pour Georges Abdallah !

Le 10 janvier, un tribunal français ordonnait enfin la libération (assortie

d’une expulsion) de Georges Ibrahim Abdallah, après plus de 28 années

passées en détention en France.

Malgré cette détention exceptionnellement longue, Georges Ibrahim

Abdallah est resté fidèle à son engagement au service des peuples arabes

libanais et palestiniens contre le sionisme, l’impérialisme et la réaction

arabe. Georges était devenu à la fois un exemple de l’acharnement de la

répression impérialiste, et un exemple de résistance et de détermination

révolutionnaires.

Nous avons donc cru à la libération de Georges mais les autorités

françaises, en ne délivrant pas l’arrêté d’expulsion, a rendu inopérante la

décision de justice. Sous pression directe et ouverte des USA (déclaration

du Département d’Etat, pétitions de membre du Congrès…), le

gouvernement français perpétue ainsi le blocage d’une décision de justice.

La social-démocratie française, qui a toujours été étroitement liée à

l’impérialisme américaine et au sionisme, se montre une fois de plus

Le Secours Rouge International est fier d’avoir initié, il y a plus de dix ans,

la campagne pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah. Depuis ce

coup d’envoi, ce sont des dizaines d’initiatives dans une demi-douzaine de

pays qui ont été menées à l’initiative des différentes organisations

participant à la construction du Secours Rouge International et, au fil des

années, nous avons vu la solidarité avec Georges prendre de l’ampleur,

agrégé progressivement de nouvelles forces, et se transformer finalement

en un mouvement large dénonçant le maintien en détention

de Georges Ibrahim Abdallah.

Une journée internationale d’action pour la libération de Georges Ibrahim

Abdallah est organisée le 27 février, soit la veille de sa prochaine

comparution devant un tribunal d’application des peines. Nous appelons

toutes les forces participant au processus de construction du Secours

rouge International, toutes les forces avec qui nous entretenons des

relations de travail, et toutes les forces progressistes et révolutionnaires à

répondre à cet appel et à s’engager résolument pour arracher

définitivement la libération de Georges.

La Commission pour un Secours Rouge International

(Bruxelles-Zurich)

4 février 2013.

 

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

 

 

Commenter cet article