Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

Je ne reprocherai certes pas à Josy Eisenberg de nous parler de la sympathique communauté des juifs  d'Ethiopie qui exprime ou exprimait une diversité culturelle très originale au sein des fidèles de la Torah.  Sans doute, l'acceptation de juifs africains a-t-elle posée initialement quelques problèmes aux Israélites majoritairement issus de l'Occident. Mais c'est à l'honneur d'Israël  que de les avoir accueillis comme frères en Foi.

 

Pourtant, je l'avoue que  la manière, dont une nouvelle fois, le rabbin Josy Eisenberg s'est acquitté de sa mission de présentateur de sa foi m'a profondément déplu car il a réussi à centrer une grande partie de son reportage sur l'Etat d'Israël, la fonction culturelle et assimilatrice de la sanguinaire Ta'hal, qui s'est récemment singularisée par sa cruauté lors du "MASSACRE DE GAZA".

 

Je n'avais jamais entendu parler de persécutions spécifiques de juifs éthiopiens de la part de l'ensemble de la population même si, j'en conviens, leur singularité au sein d'une civilisation fière elle aussi de son Christianisme si proche des premiers chrétiens, peut expliquer certaines incompréhensions condamnables.

 

Mais au nom de cette loi du RETOUR qui permet à n'importe quel juif, persécuté (en ce sens, c'est justifié) ou non d'émigrer sur le sol annexé injustement le plus souvent par les sionistes et qui implique cette autre loi non écrite ou dite mais bien réelle du REFOULEMENT quand ce n'est pas pire des Palestiniens qui constituaient au XXème siècle et depuis longtemps la grande majorité des habitants de la Terre Sainte.

 

 

 

En organisant l'exode massif des juifs éthiopiens, pour sans doute aussi combler sa faible natalité par une émigration exacerbée, Israël, quoi qu'en dise l'émission, provoquera  à la longue la disparition sur sa terre originelle d'une communauté si ancienne et si typique qui risque peu à peu de se dissoudre dans le moule sioniste. Je ne parlerai certes pas de génocide culturel mais d'un appauvrissement certain de la culture Ethiopienne séculaire.


je regrette d'avoir entendu ces émigrants venus d'Afrique vanter le rôle culturel de l'armée sioniste qui traite avec une brutalité extrême les Palestiniens qui sont bien leurs frères en misère d'hier.


Je ne crois pas plus à la légitimité de la Loi du Retour, porteuse de tant d'injustices et rendant quasi inévitable le vol des terres Palestiniennes qu'au célèbre adage chrétien "Hors de l'Eglise, pas de Salut"..


Ce matin la démarche de José Eisenberg, qui aurait pu nous décrire l'originalité de ces sympathiques juifs issus d'Afrique et du Royaume de Sabba tant sur leur terre originelle qu'au sein de la société Israélienne, a dérapé plusieurs fois en partie quand directement ou à travers la voix de certains de ces émigrés du Sud il a été répété que "Jérusalem, c'est Israël" et "qu'Israël, c'est Jérusalem".  Quelle place encore aux cousins sémites musulmans dans cette réduction, à mes yeux, quelque peu fanatique.


Non, Monsieur le Rabbin Eisenberg, il est peut-être temps pour vous de chercher un successeur, adapté à ce type d'émission, de quitter une fonction que vous dirigez depuis trop longtemps pour participer, si vous le voulez, à la défense politique de l'état sioniste que je trouve pour ma part colonisatrice au sens de ce qui s'est passé en Amérique du Nord et du Sud et en Afrique du Sud.


Les sympathiques juifs d'Abyssinie méritent mieux que cette propagande en faveur de l'Etat d'Israël et de Ta'hal qui nous a été présentée ce matin dans le cadre des émissions religieuses  très souvent exemplaires de France 2. L'émission "Source de vie, dans la présentation qui lui a été donnée, ce matin, n'y a pas sa place.

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article