Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Je ne suis pas l'ami de Benoît 16, le grand inquisiteur d'hier, responsable d'un durcissement inqualifiable contre la théologie de la libération.Je n'ai pas oublié   la mise au silence de nombre de théologiens soucieux de dialogue entre le message du Christ et les aspirations des hommes d'aujourd'hui dont tout récemment Ignace Bertem théologien de grande valeur mais sans doute trop soucieux de justice pour plaire à ce prélat qui fit canoniser le fondateur quelque peu fascho de l'opus de un des fers de lance du sinistre franquisme en Espagne.

Ce pape qui refuse de canoniser Mgr Romero, martyr du Christ au Salvador pour avoir osé défendre  au nom de l'Evangile, ses fidèles contre les grands propriétaires terriens vient de décider sans doute partiellement pour gêner le gouvernement socialiste espagnol de béatifier plusieurs centaines de prêtres et religieux espagnols exécutés ou assassinés par les "rouges" dans le cadre de la guerre d'Espagne, née, rappelons-le de la félonie de l'immonde Franco contre un gouvernement issu d'élections légitimes.

Parmi ces religieux(ses) assassinés, certains certes l'ont été pour leur foi au Christ mais d'autres pour avoir pris parti comme une grande part du clergé espagnol en faveur de la dictature fasciste.

Cet ancien membre de fait des jeunesses nazies rend ainsi un mauvais service à l'Eglise en célébrant le bon grain avec l'ivraie lui quie le rappelle,  refuse de reconnaître la pureté évangélique de l'Evêque Romero à côté duquel il n'est, tout pape qu'il soit, qu'un prélat intégriste au mauvais sens du mot dans sa foi et son éthique.

Cette canonisation partisane revient à mettre  inutilement de l'huile sur le feu, une démarche indigne du successeur de Saint Pierre. 

 Résultat, est-ce une réponse à cette canonisation politicienne ? Le gouvernement espagnol vient de promulguer une loi nécessaire et équitable au profit des victimes du franquisme laissées pour compte depuis des décennies alors qu'elles avaient défendu le gouvernement légitime de leur pays.

 Et si demain un grand pape ou devenu grand  et un grand premier ministre se mettaient d'accord pour pleurer tous les martyrs croyants on non victimes de ceux qui à droite à gauche ont tout à la fois trahi leur humanisme et leur foi.

J'ai honte du positionnement de L'Eglise actuelle guidée par un piètre berger plus fossoyeur que défenseur de la Foi, mais personne n'est éternel et l'Esprit Saint tôt ou tard redressera La barque de Pierre vers des terres où justice fraternelle et universelle et Foi catholique et transcendante au Père de tous les humains se réconcilieront sous le signe du Fils de l'Homme.

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article