Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Après dix ans de pouvoir sur la Grande Bretagne Blair s'en va et aujourd'hui un chorus de louange teinté, c'est vrai ça et là de scepticisme ou de critiques acerbes célèbre ce départ.

 

 

Beaucoup rapprochent l'action de la Thatcher sur la Grande Bretagne de celle de Blair. A mes yeux, c'est un très mauvais signe car je considère la canaille Thatcher comme l'incarnation même de l'injustice faite femme. Blair sous certains aspects mérite peut-être ce funeste rapprochement mais ce ne serait pas objectif d'en rester là.

 

 

Parlons d'abord de l'action positive de ce jeune premier ministre qui à ses début fit naître tant d'espoir dans le peuple Britannique. Il a fait la paix en Irlande et c’était loin d’être gagné d’avance. Rien que pour ce motif il restera sûrement un chapitre positif fans l’histoire du Royaume uni.

 

 

Il fut ensuite avec celui qui va lui succéder l’animateur d’un essor économique que personne ne peut nier et qui fait  de la grande Bretagne d’hier, attardée en Europe, touchée par un chômage endémique et beaucoup de pauvretés un nation à la pointe de l’Economie européenne si pas mondiale, avec un chômage réduit à sa plus simple expression et une montée insolente de la richesse qu’on peut mesure au nombre de millionnaires autour de la City. On lui attribue aussi l’instauration d’un salaire minimum, d’une amélioration importante d’un système de santé qui était tombé très bas sous le pouvoir des Tories.

 

 

Ici déjà je trouve que l’éloge de l’action de ce jeune premier ministre doit être fortement nuancé. Il est vrai que la richesse moyenne de la population anglaise s’est accrue fortement pendant les dix ans de son gouvernement mais en y regardant de plus près on s’aperçoit que l’accroissement de cette moyenne vient surtout de l’élévation fantastique des richesses d’une toute petite partie de la population tandis qu’une part croissante du peuple non seulement subit toujours la pauvreté mais a vu sa situation se détériorer durant la période Blair. Quant à l’amélioration du système national de santé, ( comme celle des chemins de fer) elle est plus que relative si l’on considère le nombre considérable de Britanniques qui sont obligés d’aller se faire opérer par ex. en Espagne compte tenu des délais et de conditions parfois excessives pour recevoir des soins pourtant indispensables. Ainsi refuse-t-on des dialyses à des gens jugés trop vieux, des opérations cardiaques à des fumeurs ce qui revient selon moi à un refus d’assistance qui côtoyé de très près le crime contre l’humanité.

 

 

Bref au plan économique, Blair soi-disant socialiste a surtout favorisé les riches même s’il a établi quelques filets de protection assez faibles pour les plus démunis.

 

 

Mais c’est au plan de la politique européenne et étrangère que je serai le plus sévère. Au plan de l’Europe, la Grande Bretagne , cheval de Troie des USA en Europe n’a cessé de freiné l’évolution de l’Europe choisissant chaque fois qu’elle le pouvait un statut à part pour ne pas accepter une Europe qui soit plus qu’un grand marché.

 

 

Ce matin Giscard d’Estaing, se montrant en cela un peu successeur de  de Gaulle en est venu à considérer comme souhaitable de réserver au Royaume uni un statut spécial extérieur à la CEE pour permettre à celle-ci de continuer son évolution positive vers une unité plus grande.

 

 

En corollaire à ce piètre attachement à l’Europe, qui cache sa volonté d’être avant tout solidaire des USA, la politique étrangère de la Grande Bretagne en particulier au Moyen Orient et au proche Orient a été détestable sinon plus justement criminelle.

 

 

Je pense ici à la manière servile dont Blair s’est complu  vis-à-vis du boucher Bush dans le déclanchement et la poursuite d’une guerre née sur des arguments fallacieux et mensongers qui non seulement a été la cause de la mort sans doute de centaines de milliers d’innocents mais qui a bouleversé l’équilibre culturel d’un pays qui était certainement plus détérioré par cette intervention étrangère de type colonial que démocratisé par la disparition du dictateur Saddam Hussein dont une partie des crimes reprochés s’est effectuée  d'ailleurs dans le cadre de conflits où l’occident et donc aussi le Grande Bretagne ont joué un rôle très équivoque. Non seulement Blair ne fut pas un élément modérateur dans ce conflit  né de  la mentalité des faucons du type de l’ancien gouverneur de la Banque mondiale mais par sa docilité et sa passivité devant les crimes de Bush et son équipe il est devenu complice d’une entreprise qui mérite cent fois le nom de criminelle.  En prétendant de façon tout à fait mensongère et selon moi avec mauvaise foi comme le Président des USA que l’Irak menaçait les démocraties occidentales même s’il était en même temps question d’écarter un dictateur sanguinaire, Blair est coresponsable du sang innocent versé en Irak et selon moi il devrait affronter à ce sujet un tribunal international pour répondre de ces crimes. Je rappelle aussi qu’il a déclenché cette guerre contre l’avis majoritaire  non seulement de l'ONU  mais de son peuple et qu’ainsi il s’est montré mauvais démocrate.

 

 

 

 

Aujourd’hui, on lui propose le poste sûrement bien rémunéré de président du quartet qui devrait aider Israël et les Palestiniens à trouver la paix entre eux. Pendant les dix années de son mandat à Downing street il a eu cent fois l’occasion d’œuvre dans le bon sens mais comme il a choisi hélas d’être le domestique  au service des USA dans ce domaine aussi il n’a rien fait de vraiment positif et je crains que cette nomination ne favorise que le portefeuille de Monsieur Blair à moins que…. cette fois l’homme politique britannique ne se mette résolument au service de la justice et sache tenir tête à l’oncle Sam. Ce serait pour l’ancien premier ministre une façon magnifique de réparer quelques erreurs majeures qui ternissent  l’héritage qu’il laisse après ses dix ans de gouvernement en Grande Bretagne.

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article