Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Vous vous appelez Delarue, êtes animateur de T.V., vous gagnez plus que bien votre vie et pour des raisons partiellement explicables, partiellement inexcusables (mélange phobie avion, alcool, médicaments) selon vos dire vous pétez les plombs et dans un avion vous vous livrez à des débordements qui pour le commun des mortels se traduirait par de la prison peut-être avec sursis si vous êtes un récidiviste, ce qui, semble-t-il n'était pas son cas.

Je le répète vous êtes très riches et vous décidez d'utiliser cette parodie de justice, issue du Pays où la justice n'est pas la même selon votre portefeuille, la couleur de votre peau. Vous reconnaissez les faits, vous en discutez en catimini avec le Procureur, celui-ci vous propose une peine, si vous l'acceptez une très courte audience publique avalisera l'accord qui remplacera souvent des peines de coercition par un arrangement financier.

Je considère qu'une telle procédure introduite dans le droit français par un triste ministre déshonore la justice française. Il est évident qu'en fait sinon en théorie, cette procédure ne s'applique qu'à des accusés fortunés ou à des célébrités (Delarue cumule ces deux avantages). Il semble qu'en l'occurrence l'animateur ait "arrosé" généreusement ses victimes (Air-France, stewards, hôtesse, j'ai entendu ce matin un "butin" à se partager de 100 000 € ?) et sa condamnation à trois jours de discussions avec des magistrats et professionnels sociaux me semble dérisoire.

Ce Delarue a de plus un culot monstre. N'a-t-il pas poursuivi et condamné des journalistes qui avaient "représenté" son comportement dans l'avion en réclamant 100 000 £ endommage et intérêt (il en a obtenu, je crois 15 000 € ce qui me semble scandaleux eu égard à sa profession publique dont c'est un risque normal) Quel culot gagner du fric sur ses infamies, il y a longtemps que je change de chaîne chaque fois que cet individu intervient à la T.V., ce n'est pas aujourd'hui que je changerai d'attitude.

Par ailleurs un autre fait divers illustre bien les contradictions de notre société. A Paris un jeune Congolais décrit défavorablement connu par la Police nationale saute par dessus las barrières de péage du métro et se fait normalement interpellé par des fonctionnaires de police; comme il risque l'expulsion depuis benne lurette il se rebelle pour échapper à une arrestation. C'est alors que la situation dégénère à cause de violences qui au dire des témoins sont sans doute partagées. Une foule relativement importante prend parti pour le jeune rebelle et une bagarre de plusieurs heures avec gaz lacrymogènes et destruction de vitrines cause des dégâts considérables à la gare.

Sarkosy de passage affirmes ans raison ni preuve qu'en aucun autre pays d'Europe on ne trouve normal de ne pas payer son billet. On pourrait lui objecter qu'ailleurs qu'en France ce genre d'infraction se règle plus pacifiquement car il n'existe pas ce mur de haine et de non compréhension entre jeunesse et police. Le ministre qui a traité certains jeunes de racailles à Karchériser, celui qui a supprimé la police de proximité et sa fréquente bonhomie, celui qui privilégie la répression par rapport à la prévention ferait bien de balayer devant sa porte. Oui ce jeune avait tort et aurait du accepter une amande mais la peur de l'expulsion, un des dadas de ce politicien issu pourtant de l'émigration explique sans la justifier sa résistance.

 Ailleurs en Europe ça se serait sans doute mieux passé car même dans la fermeté nécessaire policiers et jeunes s'estiment ce qui est moins vrai en France depuis la politique violente et parfois haineuse de l'ex-ministre de l'intérieur. D'ailleurs ce fossé entre jeunes et police est reconnu et déploré par un syndicat qui les représente.

 Enfin la différence de traitement envers des délinquants riches et célèbres commettant un délit assez grave et pour ainsi dire très peu sanctionné par rapport à la peine qu'on infligera à ce jeune congolais et ses comparses d'occasion me révolte. Je conclurais bien ces réflexions en disant que Sarkosy récolte ce qu'il a semé et qu'il est souhaitable pour la France et sa jeunesse qu'il soit écarté par le peuple au moment de la moisson.

 

 La police et la justice se comportent trop souvent comme la milice privée du Patronat et des privilégiés économique, ces deux corps ont trop souvent perdu l'essentiel de leur mission : protéger les plus faibles de l'avidité des plus grands. Ça suffit !

 

 Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article