Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

J'ai écouté ce matin dans une émission d'Europe 1 sur l'audimat  à la TV un échange assez vif sur les propos de François Bayrou à propos des amitiés ambigues de certains hommes politiques pour de grands dirigeants de presse. A cette émission deux "journalistes" ont défendu bec et ongles l'indépendance des rédactions par exemple de TF1 en dépit d'un propriétaire par exemple franchement marqué à droite.

Je me souviens lors des dernières Présidentielles de la mise en épingle  entre beaucoup d'autres d'un fait divers navrant concernant un retraité comme s'il s'agissait d'un fait ultra banal. Ce matraquage n'était pas innocent et on a pu mesurer son impact dans le résultat du premier tour des élections.

Non, je ne considère pas Poivre d'Arvor comme un grand journaliste, même s'il est très doué  ni Claire Chazal non plus car ils auraient du protester contre cette insistence sécuritaire en pleine campagne électorale qui était loin d'être innocente.

Ainsi aujourd'hui comme, il a été fait allusion en cette émission qui peut nier que Sarkosy  est omniprésent à TF1 tantot comme ministre candidat présidentiel, tantôt comme maire de Neuilly tantôt comme ministre de l'intérieur, tantôt comme comme président de l'ump. La pluralité des mandats de cet homme m'effraye, comment les exercer correctement même s'il est aidé; en tout cas je suis sûr que ce qui tombe à la fin du mois dans son escarcelle est loin d'être démocratique.

Deux nominations récentes, au niveau de la présidence de la république, me font peur pour la sérénité de demain: celle du Procureur qui devra sans doute poursuivre Chirac rdevenu un simple citoyen. Il lui est tellement redevable que je crainsqu'il n'ait la force et la volonté de faire son devoir jusqu'au bout.

Au PSA, organe de contrôle des multimédia,  après un homme de droite encore un autre, collaborateur de Raffarin.Tout est ainsi bien bouclé pour que l'équilibre entre droite et gauche dans les prochaines élections soit traité d'une façon très bienveillante pour les prestations de la droite quand on fera le décompte des temps de parole de chacun dans les émissions politiques et de la manière dont la campagne de chacun est relatée oui ou non au journal parlé.

J'espère sincèrement me tromper mais si on changeait la manière d'élire ces personnalités si puissantes en garantissant que seule leur valeur professionnelle entre en compte, je serais rassuré;

Ce matin le Président de l'assemblée Nationale, au demeurant homme assez sympa, parlait du respect de la démocratie. Mais qui peut parler de démocratie quand le Sénat est créé pour toujours avoir sa majorité à droite et quand Le Pen, que j'exècre, avec 17% de voix des français n'a pas un seul élu à l'assemblée nationale. Cette représentation démocratique du parlement français est une farce. Quand au mépris de la droite pour le peuple de France qui à 80 %  tient à garder le Gaz de France dans le giron de l'Etat, je crois qu'il leur coûtera cher lors des prochaines élections car la trahison de la parole donnée pesera lourd dans le débat.

Ce 14 septembre interrogé par Duhamel sur l'harmonisation des retraites, Sarkosy annonce qu'il fait toujours ce qu'il annonce. Mensonge puisqu'il adhère à la privatisation de Gaz de France dont il avait garanti solennellement un seuil minimum de 70% pour l'Etat .Duhamel dont les questions étaient plus que bienveillantes n'a pas soulevé ce problème gênant pour le président UMP. Nouveau syndrome de la sympathie larvée de TF1 pour la droite ?

Lénine avait raison quand il disait que tant que la Presse et les grands pouvoirs financiers et économiques appartiennent à la classe privilégiée qui en retire profit et pouvoir, toute liberté de la presse est un mirage. C'est le cas chez nous, c'est le cas dans nos "démocraties" occidentales. Ainsi Bush a été élu par moins de 25% des électeurs américains. Cela lui donne-t-il le droit de critiquer Cuba ? Il faut empêcher l'argent de jouer le rôle qu'il a actuellement dans la presse, dans les campagnes électorales et confier les nominations sensibles à un conseil compétent, neutre en recourant si nécessaire à un concours. Sinon, ces nominations seront une mascarade de plus, même si un candidat "dit de gauche" triomphe, car il faut bien le dire ces pratiques de nominations partisanes se font aussi sous les gouvernement "de gauche".

 Je regrette ainsi comme je l'ai déjà dit que "Libération" se soit laisssé acheté par un grand capitaliste d'industrie car nous voyons à présent que ce journal n'est pas sorti indemne de cette vente où je voudrais espérer que personne n'a été vendu.

 

Yvan Balchoy

 

balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article