Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Lisant dans le regard de Ghislain son étonnement, tel un prophète, un ange ou un homme d’autorité, l’inconnu prit brusquement la parole.
Citant Pascal, fréquenté autrefois mais bien oublié par Ghislain depuis:

     -"L'univers est un immense cercle dont la circonférence est nulle part et le centre partout."

Partout, commenta-t-il, vous vous situez au centre de l'univers et n'importe où donc, si vous avez les yeux assez purs, assez profonds, assez centrés, vous retrouvez ceux que vous aimez, qu'ils soient à vos côtés, à l'autre bout du monde ou même de l'autre monde. Vivants ou défunts, ils vous cotoient aux aussi au centre, à vous de les y reconnaître."

Il n'eut pas besoin d'en dire davantage. En l'écoutant, Ghislain comprit  qu'il vivait d'expérience et d'instinct ce propos de Pascal. Alors c'est lui qui osa prendre la parole :

     -"Ami, dis-moi la force qui te fait vivre."

Le bel inconnu lui répondit, un sourire un peu amusé au creux des lèvres :

     -"Oh, vous savez, je travaille comme tout le monde, je fais quelque chose qui me plaît, je travaille la pierre, je reconstruits des murs anciens. Oh, je ne suis pas occupé à cela tous les jours. Avant j'habitais Paris, ce n'était pas comme ici."

Comme si cette sorte de lecture de sa "carte d'identité morale" était le maximum qu'il pouvait lui donner de lui, il changea de sujet :

     -"Vous savez, dit-il, cette nuit, j'ai eu très peur, très peur, j'ai vécu une expérience extraordinaire."

Ghislain brûlait d'en savoir plus, il hésita cependant avant de lui jeter à brûle pourpoint :

     -"Si je ne suis pas indiscret, pouvez-vous m'expliquer ce que vous avez vécu cette nuit."

En peu de mots le jeune homme, sans hésitation, lui expliqua que de la même façon que cela arrive à certains derviches d'orient, il avait voulu dompter par la seule force de sa volonté son rythme cardiaque et respiratoire. Manifestement cette lutte avait été âpre et pénible. Sa victoire n'avait pas été celle d'un cycle biologique mais d'une conquête existentielle, d'un approfondissement du sens de sa vie humaine.

Leurs silence, une fois de plus, se faisaient plus parlants que les mots rares et parcimonieux qu'ils s'offraient.

Quand Ghislain lui demanda s'il connaissait quelqu'un dans ce pays qui n'était pas le sien, il lui parla d'un village tout proche Soudorgue :

     -"Oui, il y a quelqu'un à Soudorgue."

Sans hésiter, Ghislain compléta cette réponse :

     -"Vous la rencontrez souvent ?"

     -"Jusqu'à présent, je n'ai pu lui bredouiller maladroitement que deux ou trois paroles, mais il y a eu entre nous un regard et, à ce niveau,  je crois qu'il s'est passé quelque chose."

Ghislain voulut alors lui parler aussi de ses amours d'antan et d'aujourd'hui, lui parler de l'importance de certains regards qui peuvent bouleverser une vie.

Soudain, le jeune homme le saisit à l'épaule en s'écriant :

     -"Vous l'avez entendu, vous l'avez entendu !"

Ghislain n'avait rien  entendu, préoccupé sans doute qu'il était par les paroles de son interlocuteur.

Celui-ci reprit :

     -"Le rossignol, oui, le rossignol, il vient de vous répondre."

Effectivement, à deux pas d'eux, plus près que les cigales, plus près que le chant de la rivière, un rossignol chantait gaiement ses amours comme en écho des amours de Ghislain et de son nouvel ami.

     -"Vous voyez, dit ce dernier, il faut être à l'écoute ;  le plus important, ce n'est pas ce qui s'est passé hier, il y a deux minutes ou demain, mais ce qui se passe précisément maintenant. Le "centre" est au coeur du présent et c'est là, là seul, que vous trouverez la Vérité et la Beauté totale."

Ghislain eut alors l'impression que jamais personne ne lui avait parlé avec cette force qui d'un coup avait balayé tous ses doutes.
Un reste d'esprit critique lui murmurait pourtant les dangers d'une telle rencontre.

     -"Peut-être, se dit-il, mais comment résister à un tel merveilleux ?"

(à suivre)



Ce récit dans le roman reprend l'histoire bien réelle de ma rencontre avec Jonathan que vous pouvez écouter dans un article antérieur : "Jonathan ...", le 7 août 2009.


Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article