Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

"NOUS SOMMES TOUS DES ASSASSINS (ANDRE CAYATTE)

DEUX TEMOIGNAGES A PROPOS DE CE FILM

 

"J'ai vu ce film à l'âge de 13 ans. J'en ai aujourd'hui 67 et je peux dire que je ne l'ai jamais oublié.C'est pour cette raison qu'il m'est nécessaire de le posséder sous forme DVD, pour le revoir à l'envi dans ce monde devenu si artificiel."

 

"Le film est parfois un peu didactique, sans doute. Mais ces images des dernières heures des condamnés à mort dans la prison de la Santé risquent de hanter longtemps ceux qui les ont vues. On ne ressort pas indemne de ce film, dont l'extrême intensité a arraché la grâce présidentielle pour le condamné qui a inspiré le scénario".

DEUX TEMOIGNAGES A PROPOS DE CE FILM

Aujourd'hui je revois le film "Nous sommes tous des assassins" d'André Cayatte.

J'avais déjà vu ce film que, dans ma tête, concerne la cruauté inuitile de la peine de mort considérée par Cayatte comme un crime supplémentaire particulièrement lâche et contrairement à ce que disent ses partisans socialement inutile.

Ce film, selon un commentaire  que j'ai repris en tête de cet article, a arraché la grâce présidentielle du condamné dont le film évoquait le vécu.

Plutôt que d'écrire des lignes et des lignes sur la peine de mort, ses causes et ses conséquences, je vous conseille vivement d'aller à une médiathèque propre de votre domicile comme celle, excellente, de Roubaix dans mon cas et vous verrez, à travers ce reportage sur les antécédants d'un crime, la manière dont on juge un criminel, la façon inadmissible dont on le traite en prison (en rappelant  cependant l'humanité de la plupart des gardiens) et l'abject de l'exécution.

 

A mon avis tout pays qui pratique la peine de mort n'est pas civilisé et cela vaut tout particulièrement pour les Etats-Unis d'Amérique et bien d'autres pays culturellement et humainement attardés.

Si vous n'êtes pas d'accord avec moi, ce qui est bien sûr votre droit, regardez ce film...je vous en prie

 

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article