Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

Je voudrais commencer cet article en rappelant une réflexion de mon papa, Paul Legrand, face à un cousin Freddy Storrer, brillant scientifique qui voulait lui expliquer la merveilleuse mémoire des ordinateurs vers 1980, je crois.

Freddy venait de terminer sa brillante dissertation quand mon père lui désigna, d'un air quelque peu moqueur, le tourne disque vinyl qui jouxtait notre poste de radio encore à lampes.

"Tu vois, cet appareils et ce disque depuis bien longtemps déjà, en nous faisant écouter du Schubert ou du Bach nous offrent une mémoire que nous pouvons utiliser à la demande. Il y a deux jours, lors d'une émission, généralement très intéressante,

Mon Père lorsqu'il travaillait comme fermier au Maroc

Mon Père lorsqu'il travaillait comme fermier au Maroc

Anne Sinclair, interrogea Laurent Alexandre, un scientifique à la mode informatique et transbiologique, sur le devenir de l'homme à partir de la perspective actuelle de la possibilité de "réparer" des organes malades via des adjuvants matériels qui, vaille que vaille, ou parfois très bien remplacent des organes malades ou impuissants.

J'insiste sur ce mot d'adjuvants même si parfois le cœur était considéré autrefois non comme une excellente pompe mais comme le substrat de l'affectivité humaine indissociable du "moi".

Cela ne me dérange pas de voir aujourd'hui avec un nouveau cristallin ou d'apprendre qu'un patient français a vécu dix mois avec un coeur artificiel d'une façon, tout à fait correcte.

En revanche, lorsque des savants souvent plus visionnaires que réellement scientifiques veulent nous peindre à la lumière de certaines découvertes récentes l'avenir supposé de l'homme, je me sens nettement plus mal à l'aise

. Je vous ai déjà raconté en ce blog cette rencontre, l'automne dernier, à Nimes, d'un théologien orthodoxe relatant tout à la fois avec une certaine objectivité nuancée d'une profonde circonspection cette science qui prétend non plus seulement aider l'homme à vivre, à survivre parfois grâce à des techniques, qui somme-toutes sont comme un prolongement logique de la traditionnelle canne, qui depuis des millénaires aide la femme ou l'homme à continuer à se déplacer quand ses jambes n'ont plus la force de fonctionner seules.

Ces nouveaux anthropologues, s'ils méritent cette appellation, à la lumière du déchiffrement séquentiel de l'ADN humain nous révèlent, c'est vrai, pas mal d'informations sur la façon dont fonctionne le corps humain et en particulier son cerveau ainsi que la raison d'un certain nombre de maladies ou d'infirmités dont nous souffrons.

Le désir, que j'appellerais bien pour ma part, la tentation, de considérer la science humaine, non plus comme une aide pour permettre à l'homme de vivre le plus richement possible sa condition existentielle mais comme une sorte de recréation de l’homme me semble une chimère extrêmement dangereuse.

C’est le cas en effet, pour un certain nombre de scientifique ou pseudo scientifiques, issus de cette gnose nouvelle, née dans le sillon d'internet, que s'articule autour de GOOGLE.

Au-delà de sa fonction si utile d’encyclopédique universelle née dans cette région d'où a germé INTERNET,

Google entend non plus aider l'homme à mieux vivre sa condition, il prétend parfois la modifier, à créer un nouvel homme complètement révisé jusque dans les racines profondes de son ADN jusqu'à, comme l’a suggéré Laurent Alexandre, ce visionnaire de l'émission de Sinclair, permettre la naissance d'un nouvel homme incomparablement plus "intelligent" (au sens d'un ordinateur ?) dont le destin serait de se libérer peu à peu de ce scandale absolu de la vie sur terre qu'est la mort.

Oui, ce nouvel homme que la science va faire peu à peu surgir, verra la durée de son existence s'allonger tandis que son corps sera de plus en plus un mixage entre la condition humaine telle qu’elle existe depuis la naissance de l'homme et d'apports nés de cette nouvelle science qui ne se contente plus de réparer l'humain mais qui, telle une nouvelle divinité laquelle, entend créer un nouvel être mi- être humain, mi- machine qui, comme nos ordinateurs sera capable de compter mille fois plus vite que notre pauvre cerveau, un organisme qui, au fur et à mesure qu'il se dégrade naturellement sera remplacé artificiellement à l'aide d'outils nettement plus performants qui lui permettront de vivre deux cent trois cent ans....peut-être disent certains mille ans.

Anne Sinclair rappelle à ce moment que cette évolution risque fort d’être réservée aux plus riches ce à qui, un peu légèrement, monsieur Alexandre est persuadé de sa démocratisation progressive. A voir !

Bien entendu, la science veillera dès avant la naissance à ce que ne rejoignent la société humaine que des hommes et des femmes à la hauteur du nouveau défi le dieu homme qui peu à peu replacera l'Homme Dieu incarné par le Christ sauf que l'individualisme forcené du capitalisme remplacerait l'altruisme prêche par Jésus comme la condition du bonheur suprême.

Inutile de rappeler que dans cette nouvelle ère de "l'HOMO SCIENTIFICUS", il n'y aura plus bien sûr d'enfant trisomique ou autiste - éliminés dès le premier signe, mais - cela a été dit par ce dangereux scientifique qui, par moment semblait nous mettre en garde mais présentait tout de même cet avenir comme un « must » quasi inéluctable à laquelle il fallait nous préparer.

Bien entendu, la préparation de ce nouvel homme, ayant vaincu la mort au point qu'un jour le seul moyen de mourir serait le suicide ! exige une manipulation forcenée et incessante des embryons qui plus qu'hommes ou femmes en devenir ne seraient plus que des outils au service des surhommes qui seul auront le droit de vivre cette (pseudo) éternité réservée aux élus choisis par Google et ses successeurs un peu comme dans le troisième Reich la science tentait par destruction et élitisme de créer une humanité germanique

. Il va sans dire et ce fut dit par notre médecin docteur, que le but secret de ces manipulateurs de l'humain sera de faire naître des milliers, des millions de « Bill Gates » plutôt que de misérables "ouvriers-agricoles" qui ne servent, c'est vrai qu'à nourrir sainement l'humanité tandis que ces milliardaires adulés, ces voleurs nouveaux Ali-Baba pillent à leur profit la richesse commune accumulée dans leurs greniers remplis de gigabits monétaires..

La mort dans notre monde est certes bien souvent une peur et un drame pour la plupart des hommes. Mais imaginons ce qu'entraînerait comme conséquence sa disparition potentielle ?? progressive. La mort actuelle permet à chaque génération un renouvellement, un rajeunissement de la société, la vie se partage depuis des centaines, des milliers de générations, elle se transmet comme un trésor

. Dans cette humanité éternelle promise par Google, comme le nombre d'êtres humains, susceptibles de vivre sur terre est limité, les places à venir deviendront de plus en plus chères. Il est évident que les nantis de la « vie éternelle » ne verraient pas d'un bon œil de nouveaux conquérants, plus jeunes, plus dynamiques sans doute ; à mon humble avis, les atrocités des guerres actuelles et même du nazisme sembleraient légères, au regard de l'énergie de ces nouveaux nantis de la vie éternelle à écartes les gênants qui inévitablement leurs paraîtraient comme des rivaux.

Je ne crois pas heureusement à ces soi-disant bons prophètes d'une nouvelle humanité, où semble-t-il, notre cerveau serait plus ou moins collectif grâce à des neurones et synapses cérébrales contrôlés à distances pour rester en conformité avec le dieu-société dont les plus riches, les plus puissants seront les porte-parole

Sans doute les robots remplaceraient peu à peu les travailleurs au profit des rentiers

. Si cette évolution dessinée par les pseudo-prophètes de la silicone- vallée arrivait, ce que je ne crois nullement, on découvrirait alors que l'humanité a besoin autant de petits bergers que d'Eisenstein, bien plus d'Abbé Pierre que de dictateurs, infiniment plus de pauvres que de riches comme Jésus nous l'a rappelé en nous promettant de surcroit une vie qui ne s'efface pas totalement avec la mort individuelle mais nous ouvre sur une vie collective invisible mais réelle.

J'avoue, moi, qui me sens disciple de l'enseignement du grand Marx concernant la nécessité et les moyens de lutter contre toutes les formes d'asservissement de la majorité des hommes au profit de ce petit pour cent d'égoïstes qui possèdent autant si pas plus que la moitié de l'humanité, je crois aussi qu'à une autre échelé, celle cet "invisible pour les yeux", la vision de Jésus du futur de l'homme est bien plus réaliste que les divagations de savants fous qui s'imaginent plus intelligents que cette Vie qui, partie des bactéries les plus élémentaires nous a conduits à l'homme et à la femme en révélant, à travers cette évolution extraordinaire, une Intelligence tellement supérieure à toute cette informatique utile quand elle sert, nuisible quand elle met à son service les êtres humains.

Marx explique efficacement le comment d'une société juste et équitable tandis que l'Homme de Nazareth nous a révélé le sens de cette vie humaine qui nous le verrons dans un autre article, mène l'univers de sa gigantesque abstraction initiale lors du temps-zéro à ce NOUS solidaire interindividuel et intergénérationnel qui au-delà du temps semble en être le destin final..

. Yvan Balchoy

LA TENTATION DE L'HOMME-DIEU (Bertrand Vergely)

LA TENTATION DE L'HOMME-DIEU (Bertrand Vergely)

P.S. ce 20 août 2016

Ce matin lors d'une émission scientifique ou para scientifique ou plutôt pseudoscientifique une nouvelle fois dans le sillage de ce journaliste pseudo-prophète Laurent Alexandre qui nous prédit grâce aux progrès scientifiques actuels la possibilité pour l'homme de demain de vaincre la mort qu'on pourrait traduire par la substitution de l'Homme dieu à la place du vieux Dieu-homme mis aux oubliettes.

Cela me rappelle une excellente conférence dans un cercle protestant à Nîmes où Bertrand Vergely, philosophe- théologien à Orléans et à l'institut orthodoxe St Serge à Paris nous a présenté son dernier ouvrage "La tentation de l'Homme-Dieu".

Cet ouvrage traite de cette orientation à la mode de certains milieux scientifiques de prôner dans un avenir relativement proche un homme quasiment immortel, plus ou moins asexué en d'autres mots l'apparition du Dieu-homme appelé à remplacer l'Homme-Dieu du Christianisme.

Le journaliste scientifique Laurent Alexandre défend avec fourgue cette évolution de l'humanité sans bien en mesurer les conséquences inéluctables que seraient le risque de surpopulation ou bien le choix non seulement des êtres humains dignes de naître dont les gênes programmés devraient en faire un émule d'Einstein, de Léonard de Vinci ou pourquoi pas de Brigitte Bardot.

Bien vite, pour faire de la place à ces nouveaux génies enfantés par le scientisme nouveau ne faudra-t-il pas éliminer d'une façon, la plus propre possible les hommes et les femmes dont l'intelligence ou la beauté nés des hasards d'une nature tellement imparfaite empêcheraient l'avènement de ces Homme-dieux au sein d'une nouvelle Humanité dont sera bien sûr bannie le mot liberté remplacé par ce mot très à la mode "Sélectionné" par une "Autorité" derrière laquelle se cachent les pires tyrannies.

Je vous conseille donc la lecture de l'ouvrage de Bertrand Vergely "La tentation de l'Homme-Dieu", édition, "LE PASSEUR - mai 2015.

Excellente lecture !

Commenter cet article