Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

JOSE MARTI, LE PLUS GRAND DES CUBAINS

SIMPLES VERS

Du tyran

Dis tout, dis plus encore !

Et cloue D’une main esclave en furie

Le Tyran à son infamie.

De l’erreur ?

le repaire, les sentiers

Obscurs : dis tout ce que tu peux

Et du tyran et de l’erreur

De la femme ?

Ah ! de sa morsure

Tu pourrais bien mourir un jour;

Pourtant, ne ternis pas ta vie

En disant du mal d’une femme !

http://regardcubain.unblog.fr/category/poesie/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article