Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

A Bruxelles, ce matin, Je me sens bien. Je rêve d'être un oiseau Et de voler très haut, De survoler terres et mer Jusqu'à cette Normandie, Aujourd'hui pour moi si chérie Où tu coules des jours heureux En une maisonnette bleue Où je me laisserais descendre...

Quoi qu'il en soit, quelle différence avec le curé Alsacien, très froid, très méthodique, toujours aussi très méditatif qui s'occupait beaucoup de ses ouailles et dans les conversations très sérieuses était aussi très intéressant. Je pus par lui pénétrer...

Depuis le 4 novembre mon horizon de futur opéré d'abord puis de convalescent en difficile et lente guérison (j'espère !) s'est limité à une salle de clinique puis depuis de 4 décembre, me voici bloqué à la maison, le monde de la rue m'étant formellement...

Quel beau duo sur l'humble photo ! Ton papa si fier aux côté de ta mère si frèle en apparence si pleine d'assurance, si forte d'espérence. J'aime le sourire un brin timide, tellement avide et tout tourné vers l'avenir de ta jeune maman si attirante, si...

Elles devaient prendre à Saint-Laurent un autobus qui les conduirait à destination. Elles ne purent y prendre place et furent éconduites par le chauffeur qui ne cachait pas sa haine du prêtre en disant que c'était à cause des curés que l'on perdait la...

Je me voudrais oiseau Et voler très haut Pour te rejoindre En ta retraite lointaine Yvan Balchoy balchoyyvan13@hotmail.com http://poete-action.ultim-blog.com

Hier soir, au Journal télévisé d'une des chaînes Nationales française, le drame atroce d'un SDF mourant de froid dans une cage d'escalier est en quelque sorte "escamoté" par la speakerine qui préfère parler d'une mort par "hypothermie". Avec ce grand...

Le matériel était dans un état que l'on ne peut imaginer et ce qui me frappa le plus, c'est que le public ne songeait pas à s'alarmer de cette lenteur qui nous donnait littéralement sur les nerfs. Beaucoup de soldats attendaient leur démobilisation. Bien...

De Bretagne, nous fîmes un bond de trois cent vingt kilomètres jusque Millebeaux, et je dois dire qu'à partir d'Angers, nous traversâmes des campagnes désolées, véritables images d'une France décadante. Ce n'étaient que masures abandonnées, ce que nous...

<< < 800 810 811 812 813 814 815 816 817 818 819 820 830 840 850 860 870 880 890 900 > >>