Catégories

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

Cette semaine, j’ai passé une journée agréable mais aussi très dense à l’université d’été marxiste du PTB organisée par l’INEM (institut d’études marxistes) auquel je participe modestement tout au long de l’année.

 

Au Collège de Fichermont, un public de tout âge certes mais où, m’a-t-il semblé, les jeunes sont  de plus en plus majoritaires. Une organisation impeccable où cours, moments d’études, rencontres, débats spontanés ou organisés mais aussi détente, repas excellents alternent pour permettre à chacun d’apprendre, de partager et de se divertir.

 

J’ai suivi un cours aussi bien documenté que passionnant, en néerlandais mais impeccablement traduit en autres par le camarade Kris Merckx, fondateur de la « Médecine pour le peuple ».

 

 

Il fut question de l’économie des pays socialistes.

 

En particulier, le jour de ma venue, le sujet  fut la Chine d’aujourd’hui et du passé, de la situation où l’a trouvée Mao et les premiers communistes quand fut fondée la République populaire de Chine jusqu'aux succès d'aujourd'hui.

 

Dans une première phase, sous Mao,  il a fallu extraire d’un tiers-monde arriéré et  féodal le pays le plus peuplé du monde, y créer non sans beaucoup de tâtonnements, une nouvelle mentalité,  une agriculture collective, un embryon d’industrie lourde. 

 

La réalisation progressive parfois un peu lente de ces objectifs changea indéniablement la composition sociale du pays et le mode de vie de ses habitant. Il y eut des succès certains mais aussi des périodes de stagnation et d’erreurs comme celle de la révolution culturelle.

Après la période « Mao » au marxisme plus doctrinal succéda celle de Deng Xiaoping et ses successeurs autant attentifs au marxisme mais cherchant à allier efficacité à la pureté de la doctrine

 On connaît son adage affirmant que peu importe la couleur d’un chat pourvu qu’il attrape les souris.

Tout l’évolution de la Chine populaire depuis la mort de Mao et la prospérité actuelle nous a été décrite, en insistant sur la manière dont la Chine nouvelle pactise avec les forces du Marché ou plutôt utilise chez elle le Capitalisme, en le contrôlant,  tout en reconnaissant qu’ainsi elle n’est qu’au premier stade de la construction du socialisme, phase qui pourrait durer jusqu’à un siècle. (Ce qui a paru bien long à certains camarades !)

 

Les discussions et questions ont été très nombreuses, certaines rassurées par le parcours actuel de la République populaire de Chine, d’autres plus inquiets en se rappelant par exemple la Chute de l’Union soviétique.

 

 

L’après-midi, nous avons réfléchi au devenir difficile d’un autre pays socialiste, CUBA qui depuis la chute des pays socialistes a vu sa révolution devenir économiquement peu à peu ingérable. Aujourd’hui Raoul Castro et son équipe à une échelle sans doute plus modeste que celle de la Chine, tentent de sortir leur pays  d’une économie devenue trop bureaucratique.

 

 Pour ce faire, en modifiant les trop nombreux emplois publics, souvent peu efficaces, ils tentent de faciliter la créativité professionnelle des citoyens sans pour autant renoncer au bilan positif du régime concernant la primauté de la propriété collective,  la politique de santé, celle de l’éducation... 

Ils refusent, autant qu’avant, de s’incliner devant le dieu marché que veulent lui imposer beaucoup de pays étrangers à commencer par les USA qui continuent à lui appliquer un boycott scandaleux.

 

Après l’exposé du cours, de nombreuses questions ont montré l’intérêt des camarades pour la situation du socialisme à Cuba qui devrait, selon eux,  rester un état tout à fait à part dans un monde dominé par ailleurs par un marché de plus en plus déséquilibré et injuste

 

Le défi qu’ont à relever nos camarades Cubains ne se situe pas à l’échelle de la société chinoise mais il semble aussi capital pour augurer d’un autre avenir pour notre terre que les chaos actuels des bourses du monde qui créent tout à la fois des super-riches qui ne savent que faire de leur argent et une multitude  croissante de pauvres qui parfois meurent littéralement de faim dans une terre pourtant  assez riche pour nous nourrir tous.

Bref, je suis très satisfait de cette journée de formation et d’échange vécue avec mes camarades du PTB.

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Commenter cet article