Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

Si le président de la république française, très attaché, on le sait, à ses origines à la fois juives et chrétiennes entend faire partager à ses concitoyen ses préoccupations, il a réussi. Ce dimanche matin il n’est question que de cette commémoration de la Shoah des enfants au niveau des classes scolaires qu’il veut imposer au corps professoral ou  bien aussi  à travers la question du financement de l’enseignement public non seulement des ressources nécessaires mais, on le dit de plus en plus de son périmètre de sa complémentarité, en un mot de la nécessité ou non d’avoir tant de chaînes partiellement ou non généralistes face au privé dont on sait qu’il voudrait tout le gâteau si lucratif du divertissement en ne laissant au public que la Culture avec un grand C.

 

Que Sarko confie à un politicien  futile, droitiste, souvent sectaire, (je parle ici en connaissance de cause car je l’ai entendu) le soin de s’occuper du financement et inévitablement de la mission du public me semble une grande menace pour celui-ci et je comprends l’exaspération de ceux qui travaillent avec idéal sur les chaînes qui représentent officiellement sinon l’Etat au moins la nation sans mettre en avant le profit comme seul moteur à leur action comme TF1 l’a défini un jour.

 

Mais revenons à la Shoah. Oui, c’est un mal absolu dans l’histoire de l’humanité ; n’oublions pas cependant que l’esclavage, l’extermination des indigènes en temps de territoires coloniaux mérite aussi notre devoir de mémoire.

Il me semble qu’une journée de la Shoah dans l’année pour nous aider non seulement à nous rappeler mais à tout faire pour qu’un tel drame ne puisse recommencer sur la terre serait une idée excellente. Mais je n’ai pas titre à proposer quoi que ce soit en la matière et donc je fais confiance à des personnes plus sensée que l’actuel locataire de l’Elysée pour enrichir ce sujet.

Défendre la mémoire de ces 11000 ou plus enfants juifs  mais peut-être aussi handicapés mentaux, gitans, tsigane, indiens, esclaves est un devoir sacré de toute autorité publique et privée. Mais tous les enfants se valent quel que soit leur origine, leur foi, leur condition sociale. En ce temps ou Sarkosy provoque une controverse grave comme le fait apparaître l’opposition d’une personne à mon avis autrement compétente que les experts pédants et obtus qui entourent le président, Simone Weil qui  a souffert dans sa chair les affres de la Shoah. Son avis vaut bien celui des Klarsfeldt et surtout du sectaire CRISP..

 

Hier, dans cette Palestine que je me refuserai a désigner sous le nom d’Israël tant que les Sionistes qui la gouvernent ne partageront pas équitablement la terre promise avec le peuple Palestinien aussi légitime à Jérusalem que le peuple juif, je pense ce matin à ces nombreux enfants assassines ou blessés par le pouvoir Sioniste à Gaza et cela pour appliquer une peine de mort sans jugement  souvent contre des résistants légitimes ce qui est aussi un crime contre l’humanité.

Respecter la mémoire d’une petite fille juive, comme la si merveilleuse Anne Frank, n’est-c e pas tout faire pour éviter qu’aujourd’hui, demain ne puisse exister une nouvelle Anne Frank victime de la haine et de la violence des adultes.

Mais Sarko est trop attaché à la si douteuse légitimité du Sionisme pour critiquer le crime, pardon les crimes répétés de Gaza et de la Cisjordanie, dont les victimes sont aussi sémites que celles de la Shoah.  Certes, je ne prétends pas que ma comparaison est raison, la motivation des sionistes n’est pas celle des nazis, mais le résultat est aussi odieux et crimine

Je trouverais tellement plus réaliste, tellement plus efficace que de demander surtout aux descendants des victimes de la Shoah, qui se disent à tort ou à raison juifs, de cesser d’humilier un peuple, de transformer un pays entier en terre concentrative, de tuer sans émotion sinon intentionnellement des enfants pour accomplir des assassinats criminels.

 

Alors défendons bec et ongles la mémoire des enfants juifs assassinés par la barbarie nazie, mais ne nous trompons pas de méthode par exemple en faisant peser sur la conscience de nos encore tout petits des charges trop lourdes pour elles, mais nous avons le droit à ceux qui ont érigés un musée à la Shoah, qui s’en proclament les héritiers directs de réclamer de leur part

 respect la vie au sens large et étroit du mot de leurs voisins d’ailleurs aussi sémites qu’eux-mêmes.

Oui rappelons-nous les enfants sémites d’hier, on ne le fera jamais assez pourvu que ce soit d’une façon intelligente et efficace mais surtout empêchons que partout ailleurs dans le monde et surtout en cette terre si proche spirituellement de la Shoah on  puisse continuer à tuer des enfants juifs ou arabes, c’est la même chose, pour des raisons idéologiques ou nationalistes.

Respecter la mémoire d’Anne Frank c’est d’abord et avant tout empêcher qu’un nouveau petit juif, ou petit arabe, ou bien sûr aussi petit Afghan, ne soient sacrifiés demain au fanatismes nouveaux qui peu à peu endeuillent et souillent l’humanité pour des raisons aussi dégoutants que celles qui a poussé l’auteur de Mein Kampf a attaquer des hommes et des femmes d’une rare valeur humaine il y a soixante ans. Certes notre époqie a besoin de plus en plus de vrais phrophètes de l'humain et du divin mais aujourd'hui comme hier méfions-nous des faux prophètes.

 

 

Yvan Balchoy 

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article