Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

Oui, je suis horrifié comme beaucoup d’autres par cet assassinat sordide dans une synagogue de Jérusalem, si sensible que je sois pourtant , aux malheurs et aux persécutions que subit le peuple Palestinien jusqu’au cœur de sa terre.

 

A ce propos, je voudrais raconter un épisode de mon enfance. Entre 1940 et 1945, je vivais face à la Kommandantur allemande  de Dinant, ma ville natale. Un soir, un officier allemand vint nous rappeler sévèrement la nécessité d’occulter nos tentures le soir en période de guerre. Le contact avec ma famille ne lui déplut pas puisqu’il revint nous voir avec des cadeaux rares à cette époque comme des grosses pommes succulentes. Pourtant il avait pour mon Papa beaucoup d’égard malgré ou à cause du tableau couvert des couleurs nationales du Roi Albert qui rappelait que nous n’admettions pas l’occupation de notre pays.

Un jour, nous avons appris que ce soldat allemand avait été tué à Beauraing par des maquisards. Ce fut le premier mort que je vis.

Sans même que nous critiquions ce combat entre un envahisseur, si humain fut-il avec nous, et des résistants patriotes, nous avons bien sûr été affectés de la disparition de celui qui s’était montré à notre égard comme un ami et je me rappelle qu’à la Noël nous avons envoyé à sa famille quelques jouets pour Noël.

 

Aujourd’hui, je ne puis accepter ce carnage dans une synagogue à Jérusalem et je compatis pleinement à la souffrance de ceux qui ont perdu un être cher.

En même temps, je ne puis condamner totalement la révolte de ces Palestiniens traités comme des riens sur leur propre terre confisquée par un pouvoir brutal et cruel.

S’il s’était s’agit de l’attaque d’une caserne, je ne vois pas comment j’aurais pu me désolidariser d’un acte de résistance  semblable à celui des résistants qui avaient tué l’officier allemand Hoffmann.

Voilà pourquoi je ne peux accepter les jugements à l’emporte-pièce et de surcroît racistes proférés par beaucoup d’Israéliens ou de juifs européens qui jugent certes l’acte et ses circonstances aggravantes sans les relier aucunement à ce qui s’est passé, il y a quelques mois à Gaza ni les rattacher à une colonisation grandissante qui a nettement pour finalité d’empêcher la création d’un vrai état de Palestine.

Oui, Monsieur Netanyahou, à mes yeux, votre place est au tribunal international de La Haie et je ne pense pas qu’un accord de paix puisse naître sous votre gouvernement aussi antidémocratique qu’était celui des boers sud-africains au temps de l’apartheid si présent dans ce grand Israël qui bafoue la communauté internationale.

 

Israël et c’est à son honneur refuse la peine de mort. Encore faudrait-il qu’il ne l’applique pas sélectivement aux Palestiniens qui le combattent. Il semble que les policiers qui sont venus défendre les juifs en prière aient décidé ou reçu l’ordre de ne pas laisser de survivant parmi les assaillants même s’ils avaient voulu se rendre.

Si c’est le cas – je n’en suis pas certain – c’est répondre par un crime à un autre crime et ce n’est sûrement pas un acte de justice.

Nous le savons la solution du conflit Israélo-Palestinien ne se résoudra pas à coup de fusils mais par une négociation courageuse pour les deux parties qui devront tourner le dos à cette double haine qui n’a que trop duré entre deux populations sémites qui ont tout intérêt à collaborer pour le bien de chacun de leur peuple.

C’est sûr que les deux Palestiniens qui ont assailli un peuple en prière et les autorités Israéliennes qui ont réagi avec leur violence habituelle, n’hésitant pas à détruire la maison des assaillants en mettant à la rue des familles souvent nombreuses et très pauvres,  ne montrent pas le chemin à suivre pour que demain Israël et la Palestine, partageant Jérusalem, redonnent à cette terre le beau qualificatif de "Sainte" que lui reconnaît le monde entier.

 

Yvan Balchoy

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article