Catégories

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

Je déserre le frein

 

 

 

le sol est humide

 

 

 

Les rues sont vides

 

 

 

les rares passants tout pâles

 

 

 

Le ciel est gris sale

 

 

 

Le parking est glacial

 

 

 

Je ne suis pas encore là

 

 

 

que je me sens tout las.

 

 

 

Les couloirs sont déserts

 

 

 

Mon bureau manque d'air

 

 

 

Enfin cette fois

 

 

 

je me sens bien chez moi.

 

 

 

J'ouvre un tiroir

 

 

 

j'en retire cinq carnets noirs

 

 

 

J'en ouvre un au hasard

 

 

 

et le miracle se produit

 

 

 

Tu me dis

 

 

 

des mots presque doux

 

 

 

tu te ris avec humour

 

 

 

des travers de tes amis

 

 

 

Tu me racontes

 

 

 

un étrange conte

 

 

 

où le fantastique

 

 

 

côtoie l'énigmatique.

 

 

 

Même quand tu fulmines sévère

 

 

 

ou me dis que je te pompe l'air

 

 

 

Je te sens toute proche

 

 

 

je me sens moins moche

 

 

 

Invisible tu veilles

 

 

 

Enfin je ne suis plus seul

 

 

 

il est toujours six heures

 

 

 

et cette fois  de bonne humeur

 

 

 

  je me réveille.

 

 

                                                      

 

 

 


Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

solidaire des Résistants du Ghetto de Gaza et des martyrs des minorités de l'Irak

 

 

 

 

Commenter cet article