Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

serious-man.jpg

 

 

 



 LE RESUME COMMENTAIRE QUE M'A CONFIE UNE AMIE

 

 

 


"Histoire d'un homme qui essaye de vivre honnêtement et tout sa vie tourne mal à un moment donné, famille, travail, situation financière tout s'effondre.

Cela se passe dans une communauté juive américaine omniprésente mais qui lui est d'aucun secours.

 

Pas de place pour la liberté de l'être humain.

 

Au contraire tout son milieu de vie respire une mentalité étriqué, inhumaine.

 

Il n'a pas l'air de s'en rendre compte, mais se laisser dicter les lois de la vie. n'apporte pas la capacité de se débrouiller à vivre le mieux qu'on peut.

Pas drôle mais plein d'humour."


 

 

  COMMENT JE COMPRENDS CE FILM

 

 

 

Je ne connaissais pas les frères Coen.  J'avoue avoir pensé, au début de la séance, m'être trompé de film en me trouvant, avec un ou plusieurs siècles de retard au sein d'un couple Yiddish chez qui se réfugie en plein hiver un voyageur qui leur semble une sorte de fantôme d'un défunt qu'ils assassinent comme pour leur renvoyer à son destin.

Les frères Coen avouent qu'ils ont éprouvé le besoin de cette sorte de "carte postale" au début de leur oeuvre sans bien saisir sa relation avec le reste du film.

 

Je ne dirai pas non plus que la vision de ce film fut pour moi  plaisante. En tout cas, je n'en suis pas sorti indemne et aujourd'hui, plusieurs semaines après l'avoir vu, j'avoue que les frères Coen, bien plus qu'une réflexion sur les traditions yiddish m'obligent à repenser gravement le sens de la vie.

 

Je suis foncièrement d'accord avec le point de vue de mon amie. Cet homme plutôt sympa, d'un caractère que je trouve un peu falot veut manifestement bien faire, mais des circonstances, indépendantes de sa volonté ??, font que sa vie est vraiment un échec de A à Z.

Parmi les nombreux malheurs qui assombrissent son existence, je ne rappellerai ici une scène, illustrée plus haut, où une connaissance de son  épouse annonce non seulement qu'il lui prend sa femme mais qu'il le met dehors de chez lui en lui témoignant une amitié quasi religieuse et en lui promettant de le consoler.

 

J'ai rarement vu une scène autant hypocrite tant au cinéma qu'heureusement en ma vie.

 

Pour tenter de conjurer le sort qui s'acharne contre lui , notre pauvre héros va consulter trois rabbins qui me confirment dans ma conviction que la religion est bien plus souvent "opium" du peuple que vrai réconfort ce qu'elle sait être parfois aussi : sûrement pas en ce film !

 

Ces trois rencontres émaillées d'un humour plutôt noir dont les métaphores rabbiniques rappellent un peu les paraboles évangéliques  vont  plus compliquer que faciliter la vie de notre anti-héros.

 

Je ne cite que pour mémoire dans l'intrigue  la présence d'un frère handicapé qui lui perturbe la vie, son fils en pleine adolescence qu'il va d'ailleurs officialiser devant le synagogue, un élève asiatique qui tente de le corrompre pour améliorer les notes de son examen et va ainsi  lui porter tort à l'occasion d'une promotion contrecarrée, dans son métier de professeur,  par un mystérieux corbeau .

 

Beaucoup de commentateurs voient dans ce film une sorte d'auto-biographie collective des frères Coen et de leur éducation juive traditionnelle. 

 

Ainsi on peut à l'occasion de ce film s'intéresser sérieusement à la religiosité d'une famille Yiddish, mais je crois que ce folklore religieux est secondaire dans une réflexion sur l'absurdité kafkaïenne de la vie humaine.

 

Sommes-nous capables, en dépit des circonstances positives ou négatives qui nous assaillent tout au long de notre vie d'en rester l'acteur principal, le film en fait douter. Est-ce la faute de Larry aussi faible que pourtant sincèrement  disposé à agir au mieux ? Ou bien sommes-nous, comme le pensaient  certains héros antiques que des pantins subissant plus la vie que la vivant efficacement?   Le film ne nous répond pas à cette question pas plus qu'il ne nous révèle le vrai  rôle que peut  jouer la religion dans la vie humaine.

 

 

  Il nous pose des interrogations vigoureuses et essentielles. A chacun de nous de continuer dans sa tête et sa vie cette réflexion qui me semble le point fort d'un film qui ne cherche pas  d'abord à nous divertir, même si l'humour y a une part essentielle, mais à nous pousser à chercher un peu plus loin le sens de notre vie.

Je n'ai pas passé un moment  facile en suivant  le film des frères Coen, mais il m'a beaucoup apporté et il continue à me poser des questions existentielles.

 

 

Yvan Balchoy ....

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article