Catégories

Publié par BALCHOY

SEMIRA ADAMU

Elle avait eu l'audace, elle, petite et jeune Africaine, d'expliquer à la TV les brutalités policières lors des précédents essais pour l'expulser "manu-militari" de Belgique.
Il lui fallait payer cher cette audace. C'est un fait : à sa suivante expulsion, les gendarmes qui, semble-t-il discutaient, les abrutis, de match de foot, l'ont oubliée, dans l'avion,  le coussin appliqué sur la bouche et le nez et, petite Samira, tu as quitté pour toujours  cette Belgique brutale et criminelle. C'est vrai qu'un ministre a démissionné mais un autre, plus responsable de ce crime, que les policiers eux-mêmes,  continue à sévir dans la politique avec ses mains souillés de ce crime.


 


"Partout, nous le savons bien
Qu'il leur reste des coussins
Qu'ils veulent une fois pour toutes
Que plus personne ne moufte.
Mais ils auront beau
tout assourdir, tout étouffer
Pour tout asphyxier.

"Pour celui qui n'a pas l'habitude
ça peut-être dûr à supporter".
Alors que c'est le train-train
Du gendarme au turbin.
A Breendonk c'était tout comme
Ils avaient l'habitude, les hommes
Qui suppliciaient, qui torturaient
Pour en finir avec le "problème".

C'était le juif qu'on gazait,
Qu'on grillait, qu'on incinérait
Et le gitan et l'homosexuel
Ils étaient tous traités pareil
"accomplir ce sale boulot,
c'est une question d'habitude."
On vous dit ça à la télé
et sur le coup vous vous taisez."





JO COPPENS (traduit du néerlandais dans l'hebdomadaire "SOLIDAIRE"




Balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article