Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

      Je commencerai cet article en citant RTL FR

POLITIQUE

A Bruxelles, Nicolas Sarkozy est venu faire de la politique(RTL FR)

http://www.rtl.fr/actualites/info/politique/article/a-bruxelles-nicolas-sarkozy-est-venu-faire-de-la-politique-7759901897

 

 

 

Ainsi Sarkozy, "de passage à Bruxelles" a remis la légion d'honneur à Didier Reynders.

 

 

Sarkozy sourit, se détend. Attend. Silence. Il commence fort. "C’est par une confidence toute simple que j’aimerais commencer mon propos : je n’ai pas vocation à m’installer à Bruxelles. Je suis juste de passage, je précise que je repars ce soir " Rires. On le comprend dès l’entame : il s’agira d’un discours à clés. Traduction française : il est juste de passage, donc son avenir est toujours bien en France

 

http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/806107/sarkozy-fait-de-reynders-un-legionnaire.html

 

 

 

 

Ces deux hommes hommes sont à mes yeux aussi bien copains dans l'asservissement au pouvoir que donne l'argent et qu'on reçoit d'elle et dans la protection des nantis dans chacun de leur pays.

 

Que l'ex-président des français ait amputé le formulaire traditionnel de toute allusion à son successeur, qui s'en étonnera,  encore qu'un article sur internet se demande si pour Sarkosy, le président Hollande est vraiment légitime ??

Cette fois, bien différent du président qu'il fût, il  a parlé cette fois d'une voix douce, presque mielleuse me faisant penser à cette fable de La fontaine qui nous présente un loup ou un renard revêtu d'une peau d'agneau

 

 

 Légion d'honneur à la sauce belge

S'il avait décoré un concitoyen français, Nicolas Sarkozy n'aurait pas pu échapper au protocole très strict de l'ordre de la Légion d'honneur, qui lui impose de dire "Au nom du président de la République...". 

Ce dernier est en effet, par son investiture, élevé à la dignité de Grand maître de l'ordre et toutes les admissions et les promotions dans cet ordre se font sous son autorité. Oui mais voilà, les étrangers ne sont pas admis dans l'ordre, par conséquent la cérémonie de réception n'est même pas nécessaire et si elle a lieu, il n'y a pas de forme prescrite, signale la porte-parole de la Grande Chancellerie de l'ordre. Nicolas Sarkozy avait donc le droit de ne pas formuler ces termes qu'il lui semble décidément si difficile à prononcer...

Nicolas Sarkozy considère-t-il son successeur comme un usurpateur ou a-t-il simplement oublié les usages ?

 

http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_legion-d-honneur-a-d-reynders-quand-nicolas-sarkozy-nie-francois-hollande?id=7957188 

 

Autre particularité de cette remise "libérale" de la légion d'honneur, les journalistes français y furent bannis probablement pour éviter que Sarkozy, qui, on le sait n'aime guère la contradiction, ne se voie poser des questions gênantes sur sa "mise en question" pa un juge et les scandaleuses critiques à ce propos de la justice française, en particulier par son ami Guaino qui pourrait et devrait être poursuivi lui aussi pour ses propos injurieux.

 

Monsieur Sarkosy en tant que membre du Conseil constitutionnel est tenu à une certaine réserve sur la politique française. Cele ne l'a pas empéché à lancer des piques perfides qui devraient peut-être l'écarter de cette fonction et de sa rémunération plus que généreuse  qu'il touche. 


      « En venant ici je me disais que si la politique étrangère du roi Philippe avait été différente, nous aurions pu, mon cher Didier, être membre d’un même gouvernement. Aie aie... Je pense que notre amitié y aurait résisté. Si tu étais né Français quel concurrent politique redoutable… J’aurais peut-être pu me débarrasser de toi en t’envoyant chez Angela », a ajouté Nicolas Sarkozy.

http://www.lesoir.be/215369/article/actualite/belgique/2013-03-27/sarkozy-bruxelles-%C2%ABje-n-ai-pas-vocation-m-installer%C2%BB

 

 

      Dans un discours devant un public conquis, Nicolas Sarkozy a multiplié les allusions à l'actualité, souvent avec beaucoup d'humour. Il a notamment cité un proverbe de Liège, la ville natale de Didier Reynders : «Faites comme à Liège, laissez pleuvoir». «Je me demande parfois si je ne suis pas un peu de Liège. Je laisse pleuvoir. Il ne sert à rien de maudire la pluie car elle finit toujours par laisser la place au soleil», a-t-il dit, souriant. Evoquait-il subtilement ses ennuis judiciaires ? 

 

      http://www.leparisien.fr/politique/sarkozy-decore-un-ministre-belge-suivez-la-ceremonie-en-direct-video-27-03-2013-2675423.php

 

Nicolas Sarkozy en a aussi profité pour faire un petit clin d'oeil à la fiscalité française, et à la fameuse taxe de 75% de François Hollande. Félicitant Didier Reynders, il a glissé : «Tu as allégé les taxes heures supplémentaires, tu as supprimé les taux d'imposition jugés confiscatoires à 52 ou 55%...». Petit silence bien amené puis rires dans la salle. «Je précise que je ne parle que de la Belgique», a-t-il relevé d'un petit sourire.

Dressant les louanges de «la politique de réforme profonde» menée par M. Reynders, M. Sarkozy a affirmé qu'elle avait «permis aux citoyens belges d'être moins fiscalisés, de consommer, d'investir et d'avoir une économie qui a amélioré sa compétitivité».

S'adressant à son hôte, il a ajouté: «Tu as allégé la taxation sur les heures supplémentaires, tu as supprimé les taux d'imposition jugés confiscatoires à 52 ou 55%». L'ancien président s'est alors interrompu et a levé les yeux au ciel: «Je précise que je ne parle que de la Belgique».Elevé au rang de «commandeur», M. Reynders a déclaré sa «fierté» d'être «décoré par la France». «C'est un signe des bonnes relations entre nos deux pays», a ajouté l'élu d'Uccle, une commune de l'agglomération bruxelloise jumelée à Neuilly, dont M. Sarkozy a longtemps été maire.

http://www.24heures.ch/monde/bruxelles-sarkozy-manie-humour-lance-piques/story/12676656

      Dans ce contexte, les propos louangeurs de l'ex-président français cachent mal la critique de son successeur.

 

En Belgique, par le biais des "intérêts notionnels" chers à Didier Reynders, des entreprises qui gagnent des milliards de profit, comme celle de son ami, Frère, particulièrement mis à l'honneur lors de cette cérémonie, ne paient pour ainsi dire aucun impôt,à la hauteur de leur fortune démesurée,  comme le PTB l'a prouvé.

De même, chez nous, des revenus financiers tels les plus-values ou de simples loyers sont réduits à leur plus simple expression en particiulier sous la pression des partis libéraux renforcés aujourd'hui c'est vrai par des partis flamingants extrémistes comme la N VA.

 

   A propos du président français je déplore que son épouse, autrefois chanteuse  douée et généreuse soit devenue peu à peu un copier-coller de la politique de son mari.

Je n'aime pas la manière dont elle se moque, quoi qu'elle le dise, de François Hollande en le comparant  à un animal très sympathique qu'elle affuble de défauts imaginaires.

En tout cas, je n'ai nullement l'intention de comparer l'ex-président de la France à un animal quelconque, de peur de nuire à la gente animale.

Quand  je pense au mari de Carla Bruni je l'appelle simplement Sarkosy et personne d'autre.

Ce qui s'est passé à Bruxelles ne m'a pas fait changé d'avis.

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article