Catégories

Publié par BALCHOY

 

 

 

Je ne suis pas disciple ou admirateur des frères Musulmans ni des autres fanatiques religieux ni en Egypte ni ailleurs.

Mais ce qui s'est passé hier au Caire et sans doute dans d'autres villes d'Egypte prouve un fois de plus que  les armées, loin d'être ce qu'elle prétendent : la protection du peuple constituent trop souvent  un pouvoir destructeur  dans la société.

 

Ce matin à l'occasion d'une bonne émission sur le chanteur Christophe, j'ai réentendu la magnifique chanson de Brassens sur les "Braves gens qui n'aiment pas qu'on prenne un autre voie qu'eux" et le couplet qui parle de ceux qui aiment le tambour je crois m'a paru tout à fait d'actualité.

 

En croyant protéger avec leurs armes  la démocratie laïque contre le fanatisme bien évident de certains islamistes, ces militaires, vrais bouchers de leur peuple,  se détruisent en un sens eux-mêmes car que sont-ils légitimement sans être vitalement rattachés à leur peuple qui avait pourtant élu ce président , c'est vrai, très peu compétent/

 

Seul un vrai dialogue peut résoudre le problème Egyptien et j'espère qu'au nom de ces droits de l'homme que nous foulons aux pieds autant que nous les proclamons haut et fort nous,  ne sèmerons pas la haine et la zizanie comme nous le faisons en Afghanistan, en Libye, en Syrie persuadés que nous sommes les seuls détenteurs de la vérité humaine.

 

Comme Brassens et comme ce Costarica qui a aboli l'armée, je rêve à une humanité, non certes sans autorité mais sans armée sans ces boucheries qu'on transforme en "jours de gloire" que sont les guerres et massacres de Verdun à Gaza,  sans ces despotes sanglants que furent Napoléon, Philippe II, Gengis Khan et tant d'autres qui ne furent que des assassins de masse, comme hier les spadassins égyptiens.

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

 

Commenter cet article