Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMAG0925.jpg

 

 

 

 

 

 

Elle a eu lieu au local "DE MARKTEN" ce 22 janvier 2012.

Ce qui m'a frappé en entrant dans la salle principale de réunion c’est, au milieu des anciens camarades remontant pour certains aux origines du Parti au temps du regretté Ludo, la présence de très nombreux jeunes qui témoignent de la jeunesse du Parti de SOLIDAIRE.


Benjamin Pestiau d'abord puis d'autres camarades représentant des communes de la capitale où le PTB espère, lors des prochaines élections communales obtenir des élus nous ont détaillé des vœux non de prospérité pour chacun de nous mais toutes une série d'engagements pour réussir à obtenir quelques élus à Bruxelles.

Pour réussir cette sorte de "mayonnaise" sociale, dans le contexte de ce gouvernement "papillon" qui dirige actuellement la politique de notre pays, il y avait des vérités à rappeler, à rétablir et Benjamin le fit avec conviction et précisions.

Tout d'abord si, le gouvernement rappelle fréquemment que l'austérité rendue nécessaire par la crise concerne toutes les classes de la population, il oublie de reconnaître que 90 % de l'effort est à assumer par les travailleurs à commencer par les plus modestes, tandis que les millionnaires, peu nombreux c'est vrai mais plus riches que jamais ne sont écornés à leur échelle de vie que très légèrement.


Certains chômeurs vont perdre jusqu'à 41% de leurs revenus tandis que les multinationales, protégés par leurs intérêts notionnels, continueront souvent à éluder l'impôt.

 

Les pensionnés, même ceux qui ont travaillé dans une grande pénibilité devront travailler deux ans ou davantage en plus même s'il est prouvé que ce fameux gain de vie ne les concerne que peu.
Alors qu'une des raisons de la longévité de nos vies est sans doute la diminution et l'allègement du travail, il semble que ceux qui personnifient le pouvoir financier, souvent millionnaires ou parfois milliardaires en euros, disposant de plus de pouvoir réel que nos dirigeants élus, cherchent à punir d'une certaine façon les citoyens d'aujourd'hui de ce progrès essentiel.

 

Quel scandale, semblent-ils penser,  de devoir nourrir, soigner tant de vieux qui coûtent si cher à la Sécurité sociale. En les faisant travailler plus longtemps, on diminuera bien sûr le temps de les faire vivre sur le dos de la communauté.

Le gouvernement papillon, présidé par un pseudo-socialiste, j'en suis pour ma part persuadé, a cédé énormément au néo-libéralisme des partis de son futur gouvernement pour se faire "pardonner" son étiquette "socialiste" si peu à la mode.
J'espère, personnellement pour ma part que le PTB, contrairement ce que lui suggère, dans un récent "Solidaire" un responsable d'un mouvement populaire (je n'ai rien contre ce nom) dans un dernier numéro, ne cherchera pas à se rapprocher des "centristes" pour accroître son assiettes électorale.  L'histoire du P.O.B. devenu le parti socialisme montre le désastre où mène cette course à la popularité au risque souvent de la vérité.


Que le PTB ait changé la forme de son combat social et ait adouci certaines expressions de la lutte révolutionnaire, c'est bien. Encore faut-il qu'il ne rejette pas l'enfant avec l'eau du bain.

 

  Je suis fier pour ma part de faire partie d'un parti qui n'entend pas pactiser avec le capitalisme mais lutte pour permettre la naissance d'une société d'où sera bannie peu à peu l'exploitation de l'homme par l'homme.

Je crois que tel est toujours l'idéal qui anime les jeunes et moins jeunes de cette sympathique mais sérieuse réunion devant les grands défis que nous lance l'année 2012 et sans doute beaucoup de suivantes.

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article