Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

De passage, il y a quelques jours, dans l'excellente bibliothèque de Saint Aubin-sur-mer, j’y ai lu un article concernant l’opinion de Régis Debray sur l’État d’Israël ainsi que quelques réponses, la plupart très hostiles à son égard, en provenance d’écrivains juifs.

 

Certes l’article de Régis Debray est sévère quand il parle du “colonialisme” d’Israël et condamne fermement le scandale de la loi du retour qui permet à un juif  ou prétendu juif venu du fin fond de la pampa d’Argentine de s’installer sur les terres d’un Palestinien  dont la famille y réside parfois depuis des siècles. Ensuite il exige du propriétaire légitime historique du terrain qu’il occupe  de lui demander la permission d’aller cultiver ses oliviers, s’occuper de son bétail etc...

 

Je pourrais ajouter aux vérités de Régis Debray cette histoire vraie d’un Palestinien obligé de demander à un juif émigré d’Antwerpen devenu douanier du pseudo état sioniste  la permission d’aller visiter son village natal. En l’occurrence c’est ici le voleur qui entend jugé le volé.

 

Une remarque intéressante de l'écrivain français : autrefoisefois le rapport entre victime palestinienne et israélienne s'élevait de 10 à 1, lors du "massacre de Gaza" elle est passée à près de 100 pour UN, à peu près la proportion que les nazis utilisaient pour venger un des leurs abattu par cent otages. Est-ce la valeur supposée d'un Israélien par rapport aux Palestiniens, selon Tel Aviv. On pourrait hélas le penser ert c'est un triste calcul de la part des héritiers des victimes de la Shoah.

 

L’article de Régis Debray semble si sévère à la rédaction du Point qu’elle a demandé à au moins trois contradicteurs de répondre au révolutionnaire d’Amérique Latine.

 

D’abord l’ancien ambassadeur d’Israël,  Elie Barnabi, considéré souvent comme un modéré. Pour l’avoir écouté souvent, je peux vous dire simplement qu’il est un peu moins sectaire que ses pairs mais rien de plus au regard de la justice.

 

Quant à Claude Lanzmann qui affirme que Debray "ne comprend rien à l’état d’Israel," sa mauvaise fois est évidente. C’est un peu comme si le loup reproche à l’agneau de vouloir boire à la même source que lui avant de le dévorer.


Comprendre Israël, ce serait  légitimer le massacre de Gaza, la naissance d’un état  né dans et par le terrorisme car si le terrorisme du Hamas recouvre la plupart du temps une résistance aussi légitime que celle de nos maquisards en 40-45 contre l'occupant, le terrrisme des fondateurs d’Israel ne fait l’objet d’aucun doute. (IRGOUN)

 

Dire que le mur qui empiète les terres Palestiniennes est une simple mesure de precaution alors qu’il sépare les gens d’une meme rue, un fermier de ses terres et ne sert, en definitive qu'à d’entériner un nouveau trace de frontière à la manière don’t les Nazis l’ont fait chez les peuples qu’ils ont occupés.

 

Un autre contradicteur de Debray, un certain Jean Christophe dont j’ai oublié le nom, l’accuse de "s’inventer des ennemis", un quatrième Aviad Kleinberg parle pour sa part se son "paternalisme."


Mais n’oublions pas que pour des centaines de milliers de colons (au meme sens que ce mot a eu en Algérie, au Vietnam, au Laos etc…)  le droit des sionistes d’occuper la terre sainte toute entière résulte du texte biblique que toute l’humanité à commencer par les Palestiniens doit accepter au peril de leurs vie.

 

 

Et bien, non ! Régis Debray a raison, “Le Point” fait trop d’honneur à des nationalists à la limite du fascisme en proposant quatre contradicteurs à l'écrivain révolutionnaire.

Oui, n’en déplaise au CRIF qui est une assemblée des plus intolerants de France, n’en déplaise au Grand Rabbin de France  qui n’a pas honte de participer à l'ombre d' un drapeau Israélien a une manifestation de soutien aux massacreurs de Gaza !

 

Un Iman qui agirait de même risquerait la prison ou à tout le moins l’expulsion, disons pour suivre la logique Pétinisme de Sarkosy, la privation de sa nationalité française.

 

Je ne dirai que que les Sionistes sont des Nazis ni des Afrikaners, adepte du sinistre "Apartheid" encore qu’ils ont avec ces deux derives barbares de très nombreux points communs.

 

Personnellement je considère et je considérerai  le pouvoir qui règne par la terreur en Palestine comme illégitime, tant qu’il ne reconnaîtra pas en fait un état Palestinien selon les frontieres de 67 avec Jérusalem Est come capitale, moyennant peut-être de petites adaptations de frontieres comme le mur des lamentations ou quelques territoires Galiléens à la population en majorité palestinienne, mais ces adaptations doivent se faire de commun accord et non selon la loi du plus fort. Bien entendu cette reconnaissance doit être mutuelle entre les deux états.

 

  "Le Point" a bien fait de nous faire connaître le point de vue courageux et solide de Régis Debray, dommage qu’il ait tenté de  l’affaiblir par les fadaises de nationalistes pseudo-laïcs ou bigots d’un fanatisme religieux idiot et imbecile comme toutes ses autres formes de Torquemada à Ben Laden, sans oublier bien sûr le criminel Georges Bush.

 

P.S. Ce soir dans "LE SOIR" un article sur l'âpre et juste résistance des Bédouins dont le village AL-Arakib a été rayé de la carte par les barbares sionismes, ce qui prouve une fois de plus qu'Israël ne fait pas partie des nations civilisées et ne mérite pas, pour l'instant tout au moins son siège à l'ONU.

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article