Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

Cet article date du 23/03/2009.  Aujourd'hui, grâce au Pape François, elle est plus que jamais actuelle !....

 

En voici quelques extraits mais si le sujet  vous intéresse, allez lire l'article intégral à l'adresse suivante sur l'excellent blog d'alainindependant !

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2009/03/23/13096280.html

1/- Impact politique de l'affirmation de la foi

La reconnaissance de Jésus comme prophète du sens de notre vie et de notre histoire, l'accueil de sa bonne nouvelle qui est l'annonce d'un monde nouveau, animé par un esprit d'amour, tous ces fondements donnent à l'affirmation de foi un impact politique. C'est ma vie d'homme dans toute sa densité et toute son épaisseur, et par conséquent aussi dans sa dimension sociale et politique, que la foi atteint....
. Une foi qui ne changerait en rien la face de la terre ne serait pas la véritable foi en Jésus de Nazareth. Elle ne serait que du vent.

 

2/- Le royaume n'est pas l'église

Mais, ce premier point étant clairement énoncé, il faut aussitôt rappeler que le royaume de Dieu, situé au coeur de la vie et de l'enseignement de Jésus, ne s'épuise pas dans l'église. Celle-ci doit l'annoncer, le prophétiser; mais l'accomplir dépasse ses compétences et ses possibilités. Le royaume n'est pas l'oeuvre de l'église, mais celle, conjuguée, de tous les hommes et de l'esprit. Ou, plus précisément, l'oeuvre des hommes qui se laissent animer par l'esprit.

Pour réaliser le royaume, il ne suffit donc pas de vivre "en église". Il faut s'atteler à la transformation du monde...

.

3/- La tentation politique de l'église

Au cours des siècles, la tentation de l'église a été de se considérer comme l'instance compétente de la décision politique. Oubliant bien souvent d'annoncer et de prophétiser le royaume, elle consacrait ses forces à l'accomplissement de projets politiques immédiats, imposant au nom de Dieu et de l'évangile une politique qui ne pouvait être que celle des hommes qui la conceaient et en tiraient profit..
..
 

4/- Fonction critique de la foi

Cette affirmation ne condamne cependant pas l'église à un "apolitisme" passif qui favoriserait en fait l'ordre établi. Si l'annonce du royaume ne constitue pas en elle-même un programme politique, elle n'en fournit pas moins un critère de jugement. Les exigences de la foi sont et seront toujours un ferment critique à l'égard des réalisations politiques. La plénitude du royaume qu'elle annonce sera toujours au-delà des réalisations, même les plus séduisantes et encourageantes....




5/- Virulence politique de la fête

Par ses fêtes aussi, l'église échappe encore à un apolitisme passif. Dans la mesure où sa célébration de l'eucharistie est authentique prophétie du monde nouveau, dans la mesure où tous ceux qui célèbrent prennent du recul par rapport à leur situation habituelle, dans la mesure où elle célèbre de vraies fêtes, l'église réveille chez tous ses membres les ferments de la contestation...
. Les fêtes de l'église ne sont aujourd'hui si peu ferment de renouveau politique, que parce qu'elles ne sont vraiment ni l'annonce percutante, ni la prophétie lumineuse d'un monde nouveau.

 

6/- Pesanteurs de l'église-institution

Le rassemblement d'église, en tant que tel, n'a donc pas un programme politique à proposer, en dépit de l'impact politique de la foi qu'il proclame et de la virulence révolutionnaire de ses fêtes. Il ne peut cependant pas éviter totalement un certain nombre d'infrastructures pour son auto-fonctionnement, et, qu'il le veuille ou non, elles représentent une réalité politique.
L'idéal serait, bien sûr, que ces infra-structures soent réduites au minimum. Depuis 1870, il est devenu clair que l'église n'a pas besoin des Etats pontificaux pour vivre......
s. Il lui faudra de nouveau passer par la purification du désert. Mieux vaudrait qu'elle le fasse librement plutôt que de se le voir imposer par quelque Cyrus ennemi de l'église mais cependant messager de Dieu.

 

 

Bernard Besret, Clefs pour une nouvelle église, Seghers, 1971, pp 207 à 214.

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article