Catégories

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

 

 

 

Si la rue s'appelle Diderich

  

Ton nouveau nid est tout sauf riche

 

 

Venus d'un plaisant grenier,

  

Nous voici prisonniers

  

d'une cave obscure

 

dont pourtant je n'ai cure.

  

La petitesse des lieux

 

me convient au mieux

  

car où que tu y es sois

 

tu restes tout près de moi

  

L'endroit est d'ailleurs si étroit

  

qu'un seul lit y a droit

  

Chaque nuit

 

je t'y suis

 

tu m'y donnes la clé des songes

 

 

en m'entrainant en eau profonde

 

jusqu'à ce bout du monde

 

dont tu es la richesse si ronde

  

J'y découvre la beauté de ta terre

  

en tous ses hémisphères 

 

la richesses de ses vallées 

 

ses sources si délicieusement salées

  

ses collines exubérantes

  

sa végétation luxuriante

  

Pour combler mes manques 

 

tu m'as fait connaître ta langue

  

  et le goût de la mangue

  

et surtout ton appétit de vivre

  

qui n'a jamais quitté ta Colombie !

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

Commenter cet article