Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

Ces deux textes de Roger Garaudy seront sans doute lus autrement par des chrétiens pratiquants ou simplement croyants  ou incroyants.

Je suis même persuadé que de nombreux hommes et femmes qui se sentent ou se veulent athées, ce qui ne signifient pas qu'ils ne croient en rien comme cela a été dit aujourd'hui, seront eux aussi interpellés par ces textes de Roger Garaudy à propos de la "Résurrection" de Jésus de Nazareth

Vous pouvez aussi vous référer à l'article "CHRIST EST RESSUSCITE"

en ce blog (voir zone recherche)


Chaque fois que nous sommes capables de rompre avec nos routines, nos résignations, nos complaisances, nos aliénations à l'égard de l'ordre établi ou de notre individualité étriquée, et qu'à partir de cette rupture nous accomplissons un acte créateur, dans les arts, les sciences, la révolution ou l'amour, chaque fois que nous apportons quelque chose de neuf à la forme humaine, le Christ est vivant, la création en nous, par nous, à travers nous se poursuit. La résurrection s'accomplit chaque jour.

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2011/04/24/20967425.html

Croire à la résurrection n'est pas adhérer à un dogme; c'est un acte: l'acte de participer à la création sans limite, car la résurrection est révélation de cette liberté nouvelle et radicale que le monde grec et romain ignorait. La liberté n'est plus seulement conscience de la nécessité, comme elle le fut d'Héraclite aus stoïciens, mais participation à l'acte créateur. Cette foi est le commencement de la liberté.

Avoir la foi, si je cherche à déchiffrer l'image chrétienne, c'est percevoir dans leur identité la résurrection et la crucifixion. Affirmer le paradoxe de la présence de Dieu dans Jésus crucifié, au fond du malheur et de l'impuissance, abandonné de Dieu, c'est libérer l'homme des illusions du pouvoir et de l'avoir. Dieu n'est plus l'empereur des Romains ni cet homme dans sa beauté et sa force qu'il était pour les Grecs. Ce n'est pas une promesse de puissance. C'est cette certitude qu'il est possible de créer un avenir qualitativement nouveau seulement si l'on s'identifie à ceux qui, dans le monde, sont les plus dépouillés et les plus écrasés, si on lie son sort au leur jusqu'à ne concevoir d'autre victoire réelle que la leur.

Cet amour et l'espérance de la résurrection ne font qu'un. Car il n'y a d'amour que lorsqu'un être est pour nous irremplaçable et que nous sommes prêts à donner pour lui notre propre vie. Lorsque nous sommes réellement prêts à ce don pour le dernier des hommes, alors Dieu est en nous: il est le pouvoir de transformer le monde.

Roger Garaudy, L'alternative, Editeur Robert laffont, pages 122 à 126

(Le titre donné à l'extrait est de A l'indépendant)

Cet article est aussi publié sur http://rogergaraudy.blogspot.com

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2010/07/25/18661224.html

 

      Ce que Garaudy nous dit ici me paraît être en concordance avec l'esprit et la lettre de ce que Jésus nous dit dans l'Evangile de Saint Matthieu.

Il n'y est pas dit que la reconnaissance du Christ dans le malheureux qu'on aide est condition de salut mais qu'il suffit de soutenir les plus petits des hommes pour devenir un homme de Dieu qu'on le sache ou non..

 

"Venez les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde. Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez accueilli, nu et vous m'avez vêtu, malade et vous l'avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir."

Alors les justes lui répondront : "Seigneur quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te désaltérer, étranger et de t'acceuillir, nu et de te vêtir, malade olu prisonnier et de venir te voir?"

Et le Roi leur fera cette réponse : "En vérité, je vous le dis dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait." (Matthieu XXV (34-40)

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article