Catégories

Publié par BALCHOY

Certes il y a deux affaire Assange. Officiellement elles sont totalement distinctes, rappelle la Suède en se drapant dans sa tunique "immaculée" ? de démocratie honnête. Mais est-ce si clair que cela ?

 

Il y a une affaire liée à une société présidée par  Julian Assange: WIKKILIX, société qui en révélant des quantités de secrets militaires, de crimes commis les troupes US un peu partout dans le monde aurait  non seulement mis en danger la CIA mais certains militaires et surtout criminels qui agissaient dans l'impunité en Irak ou en Afghanistan.

Les USA ne plaisantent pas avec ce genre de révélation gênante.

Nul doute que si on pouvait organiser un accident qui élimine ce suédois gênant, cela ferait l'affaire de  l'armée et du gouvernement des USA. Comme ce n'est pas si facile de le faire sans que l'opinion internationale s'indigne, on imagine facilement que le gouvernement ou l'Armée américaine ait cherché comment trouver des poux à ce journaliste trop curieux.

 

Ils ont vite trouvé. C'est le deuxième volet de l'affaire ASSANGE. 

Deux jeunes femmes, de par leur initiative personnelle ou incitées par quelque force obscure ont porté plainte contre Assange en Suède en l'accusant à l'occasion de relations sexuelles acceptées de leur avoir refusé d'utiliser des préservatifs, ce qu'il nie et que le Justice Suédoise, pour des raisons plausibles, qualifie de viol.

 

Assange est persuadé à tort ou à raison, que cet affaire n'aurait pas pris en Suède la dimension qu'elle a pris sans l'autre volet : les révélations des turpitudes des USA, de l'OTAN etc... et je serais assez enclin de lui donner raison.

 

Assange mis en liberté provisoire s'est réfugié en Grande Bretagne. La demande d'extradition de la Suède semble-t-il a été traitée légalement à Londres mais elle s'est terminé par la décision de remettre le journaliste à la justice suédoise.

 

Persuadé que son pays s'intéresse à lui et à son affaire de moeurs surtout sous la pression des USA  qui cherche à le juger chez eux pour espionnage et mise en danger de la vie de militaires, ce qui pourrait lui valoir à Washington la peine de mort, le dirigeant de Wikkilix s'est réfugié à l'ambassage de l'Equateur, pays qui a pris ses distances et plus encore avec l'impérialisme.

 

Un de ces matins, sur une radios périphériques, un responsable, un certain Martin, je crois,  dirigeant d'une organisation chargée de la cybercriminalité  en France, parlant de Willilix, même s'il doit bien reconnaître que cette organisation a révélé des crimes militaires, estime néanmoins qu' Assange  leur fait courir des risques en citant leur nom (qui est parfois celui de criminels endurcis qui devraient passer en jugement plutôt que de rester en contact avec la population Afghane si souvent maltraitée pour ne dire plus).

Comme on lui faisait remarquer que si Julian Asange était extradé  aux USA, via à Suède, il risquait d'être renvoyé aux USA où un lourd et dangereux procès l'attend, il dit simplement : puisqu'il ne risque pas la peine de mort (affirmation plus facile à dire qu'à réaliser !) ce n'est pas si grave que cela.

 

Ainsi pour avoir révéler une vérité gênante pour l'Oncle SAM, cet homme complice passif  évident des crimes de guerre des Américains qu'il excuse presque sur les ondes, n'est pas gêné qu'un journaliste qui a fait son devoir - révéler  par exemple des assassinats gratuits - soit puni injustement pendant toute sa vie. C'est ignoble et si j'ai un conseil à donner à ce triste monsieur, c'est de démissionner d'un organisme injuste et donc nuisible en  essayant à l'avenir  de rendre davantage témoignage  à la Vérité, même quand elle est gênante. 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Commenter cet article