Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

LE CRIME DU METRO CHARONNE   (REEDITION)

 

 

Dans l'original "Libération" rappel du massacre de Charonne une autre ignominie de la droite cette fois Gaulliste.

Aucune amnistie n'effacera ce crime contre la liberté de manifester et la démocratie. 9 morts communistes, victimes dans le métro de la violence injustifiée et plus que brutale de la police !

Une fois de plus l'histoire met en évidence le rôle positif du PCF dans les luttes pour l'honneur du pays.. Quand au préfet de l'époque, qui n'a plus, selon moi, aucun droit légitime de représenter la justice et le droit Français, le sinistre préfet de police Papon, multi-criminel raciste et même le prsident de la république d'alors qui ne sort pas grandi de tels crimes qui mériteraient un monument commémoratif

 

 

  "Toutes les victimes étaient syndiquées à la CGT et, à une exception près, membres du Parti communiste :

  • Jean-Pierre Bernard, 30 ans, dessinateur
  • Fanny Dewerpe25, 31 ans, secrétaire
  • Daniel Féry, 16 ans, apprenti
  • Anne-Claude Godeau, 24 ans, employée PTT
  • Édouard Lemarchand, 41 ans, menuisier
  • Suzanne Martorell, 36 ans, employée à L'Humanité
  • Hippolyte Pina, 58 ans, maçon
  • Raymond Wintgens, 44 ans, typographe
  • Maurice Pochard (décédé à l'hôpital), 48 ans "

"1962
8 février A l'appel du PSU et du PC, une manifestation pour la paix en Algérie et contre l'OAS est organisée à Paris autour de la place de la Bastille et de la place de la République. Prévue depuis une semaine, le rassemblement est interdit par le préfet de Police, Maurice Papon. La répression policière est violente. Les CRS chargent les manifestants qui s'engouffrent dans une bouche de métro fermée, station Charonne. 8 personnes meurent écrasées contre les grilles. On dénombre une centaine de blessés.
Voir aussi : Histoire de Paris - Manifestation - Papon - Histoire de la Guerre d'Algérie - Histoire de France - Histoire de l'Algérie - Le 8 Février - Année 1962

 

 

  Pour montrerla barbarie des partis au pouvoirs à ce moment dont on ne peut nier la proximité avec l'injuste droite actuelle, ce texte révélateur :

 

Le 12 février 1962, le Premier ministre Michel Debré se rend dans les locaux de la police parisienne, pour « apporter le témoignage de sa confiance et de son admiration » ; puis, le 13 avril de la même année, il écrit une lettre à Maurice Papon, rendant « un particulier hommage à [ses] qualités de chef et d’organisateur, ainsi qu’à la façon dont [il a] su exécuter une mission souvent délicate et difficile29 »."

 

 

fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_de_la_station_de_métro_Charonne

www.editoweb.eu/Metro-Charonne-8-fevrier-1962_a1962.html

www.herodote.net/evenement-19611017.php

 


 

OCTOBRE 1961  TOUJOURS AVEC LE PREFET ASSASSIN PAPON DES ALGERIENS PACIFIQUES SONT JETES DANS LA SEINE

 


Leïla Sebbar : La Seine était rouge Paris octobre 1961 - Babel - 2009

Il y a 50 ans, on noyait les Algériens

Il y a 50 jans jours pour jour, le soir du 17 octobre 1961, plusieurs manifestations ont lieu à Paris et en banlieue, organisées par le Front de Libération Nationale (FLN) d’Algérie.

 

C’est dans ce contexte que la préfecture de police de Paris impose un couvre-feu le 5 octobre 1961, sous ces termes : « Il est conseillé de la façon la plus pressante aux travailleurs algériens de s’abstenir de circuler la nuit dans les rues de Paris et de la banlieue parisienne, et plus particulièrement entre 20h30 et 5h30 du matin. »


Seulement voilà, cette répression de l’État français s’avère être d’une férocité sans nom, et tourne rapidement au massacre.

Les affrontements avec la police atteignent un rare niveau de violence, principalement au Pont de Neuilly (où était bloqué le cortège venant de Nanterre, Colombes, Bezons, etc.) et au Pont Saint-Michel. La police tire, tabasse, rafle, et précipite les Algériens dans la Seine.

Les rafles continuent sur plusieurs jours, et remplissent le stade Coubertin ainsi que la cour de la préfecture de police à Saint-Michel. La torture y fait rage pendant plusieurs jours (sous les yeux de Papon), les corps étant rejetés à la Seine toute proche, et plusieurs véritables charniers prennent place dans les rues de Paris.

Certains historiens estiment le nombre de travailleurs algériens assassinés à environ 300 sur ces quelques jours de répression coloniale et de terreur raciste. Beaucoup de personnes détenues seront « reconduites » en Algérie.

Entre Vichy et le régime gaulliste, il existe ainsi sous certains aspects une véritable continuité de l’État français, qui est incarnée par Maurice Papon, l’assassin des Juifs et des Algériens.

C’est à ce titre qu’il est important pour nous de commémorer le crime d’État du 17 octobre 1961, et de rendre hommage aux martyrs de la libération nationale algérienne – arabes, kabyles, juifs.

 

philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-17-octobre-1961-a-paris-une-page-d-histoire-peu-glorieuse-37527988.html

www.algerie-focus.com/.../france-lopposition-commemore-la-repression-dalgeriens-en-1961/ -http://www.liberation.fr/politiques/01012365774-seine-macabre-17-octobre-1961

J'aurais signé sans hésiter les propos dégeulasses de Guéant s'il avait reconnu que tous les partis politiques ne se valent pas. Ce qui s'est passé le 1è octobre 1961 et le 8 février 1952  le prouvent en montrant un vrai visage peu reluisant de la droite.

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com


 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article