Catégories

Publié par BALCHOY

NON A MANUEL VALLS CHEVAL DE TROIE DE LA DROITE ET DU SIONISME EN FRANCE (REEDITION DU 18/09/2012) )

 

 

Cet article qui date de près de deux ans, je l'ai réindroduit dans mon blog au lendemain des élections  locales calamiteuses en France sans connaître encore les intentions du Président mais en les craignant beaucoup.

La nomination pour moi aussi calamiteusde d'un "socialiste" ??? ultralibéral  au poste de premier Ministre est un acte de plus, aussi  calamiteux, de Monsieur Hollande qui semble avoir perdu tous ses points d'ancrage qui l'ont fait élire par le peuple français.

Qui trahit ainsi ses promesses sera tôt ou tard puni de sa félonie qui ruine les espoir des petites gens en France dont, je pense, il n'a guère de souci.

 

 

 

Jour après jour Manuel Vals affiche sa différence même par rapport des propositions du Président Hollande comme par exemple aujourd'hui celle de permettre aux étrangers à la communauté européenne de voter aux élections locales comme ça se fait dans plusieurs démocraties européennes.

Quand ce ministre qui rappelle hélas étonnement son prédécesseur interdit de critique des pays dits "amis" et présente une manifestation somme toute assez pacifique de musulmans contre une tolérance inadmissible aux USA vis à vis d'un film poubelle qui traine dans la boue le fondateur d'une des plus grande religions mondiale.

Je me rappelle qu'aux USA en certaines périodes la libre pensée des communistes a été plus que bafouée. Les époux Rosenberg en sont morts.

Valls est en un sens pire que son prédécesseur. Celui-ci, en poursuivant méchamment les étrangers immigrés ne faisait que mettre en pratique sa culture de droite mais Valls aujourd'hui salit la gauche d'une façon inadmissible.

Lui-même quoi qu'il dise est un communautariste intégriste quand il se dit attaché pour l'éternité à Israël et met en valeur le fait que sa femme soit juive, ce qui, c'est vrai est tout à fait honorable en soi.

Bien sûr les juifs ont le droit de vivre sur les territoires de leur ancienne patrie mais pas en en chassant les arabes Palestiniens devenus par l'histoire les habitants légitimes de ces mêmes territoires. L'Etat d'Israël par sa politique colonialiste, raciste et xénophobe n'est plus, à mes yeux, un état légitime tant qu'il ne reconnaît pas l'Etat Palestinien.

Si je l'entends bien, je n'ai pas le droit de critiquer les USA, pays qui après avoir assassiné plus d'un million de Vietnamiens, des centaines de milliers de sud-américains à partir de contre révolutions impérialistes, pays qui prône l'assassinat de ses adversaire, en ignorant les frontières nationales comme un des beaux arts. Et bien non, Monsieur Valls, non à votre Communautariste qui à une encablure en avion de la France, vole, pille, torture un peuple sur ses terres et donne la priorité à un juif riche venu d'Argentine sur un Palestinien qui vit dans sa femme ainsi que ses ancêtres depuis des siècles.

Monsieur Valls, je n'ai rien quand une communauté qui représente peut-être 3 % des français représente des dizaines de pourcent au gouvernement ou dans les Médias à une seule condition : qu'il n'utilise pas leur lobby communautaire comme par exemple le "CRIF" pour pousser leur pays dans le sens d'une politique injuste et fasciste comme celle de l'état sioniste

Il ne m'étonnerait nullement hélas que demain, après un échec possible de la gaucher en 2017, Manuel Valls soit invité à entrer dans un gouvernement par la droite dont il sert si bien l'esprit ou bien à exercer une fonction politique importante.

Monsieur Valls, vous n'avez pas le droit d'empêcher les français à critiquer les crimes si nombreux des USA en Afghanistan ou en Irak, ni même les crimes de la France en Tunisie qui ont choisi à la place des Libyens les leaders du pays.

Vous auriez raison de libérer les ROMS ou plutôt tsiganes qui sont autant européens que les français,  persécutés, vous le savez, dans leur pays d'origine mais vous êtes aussi scandaleux qu'Hortefeu, votre triste prédécesseur, quand vous les renvoyez des familles, femmes et enfants dans la rue ou que vous les renvoyez en Roumanie qui risque de les traiter encore plus mal pour se venger de l'affront qu'ils représentent pour leur pays.

Ainsi, reconnaissez-le, votre politique est contradictoire avec celle qui a fait élire le président Hollande. Changez-là ou démissionnez. Vous rendriez ainsi un grand service à la fois à votre parti et à la France.

Voici pour suivre quelques extraits d'un article à propos de ce faux ministre de gauche :


 





http://www.alterinfo.net/Dossier-special-manuel-Valls-Par-ma-femme-je-suis-lie-de-maniere-eternelle-a-la-communaute-juive-et-a-Israel_a76397.html

Manuel Valls, la honte du gouvernement « socialiste »

 Ça y est : on le redoutait, c’est fait. Manuel Valls est donc ministre de l’Intérieur du gouvernement « de gauche » de François Hollande. Les guillemets à « gauche » se justifient ici ne serait-ce que par la nomination de ce triste sire, qui n’a jamais rien eu à voir avec la gauche, sinon l’imposture de son étiquette. Lisez ce qu’en écrit Alain Greshpour le Monde diplomatique, extrait d’un texte dont nous applaudissons chaque ligne :

Bonus 1 , Manuel Valls sur les 35h, extrait de feu notre Kiosque permanentdu 2 janvier  ...« Au nom «d’une augmentation du pouvoir d’achat», le député-maire d’Evry (Essonne) estime que dans le monde en 2011, «il faut travailler plus» ,  relate le quotidien. Reprenez le même discours, à la virgule près, et vous obtenez des Fillon, Copé, Lefebvre, Morano et toute la clique : il n’y a pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette entre le « socialisme » à la sauce vallsienne et le sarkozysme le plus orthodoxe. ...

Bonus 2 , Le co-président du Parti de gauche termine en feu d’artifice :  « Manuel Valls montre que la décomposition politique de la direction socialiste continue. On pouvait penser qu’après avoir fourni 20% du gouvernement Sarkozy le contingent des retourneurs de veste était épuisé. Non. Il y a pire. Pire que les opportunistes carriéristes, il y a ceux qui font leur la ligne dominante de la social-démocratie européenne. Elle détruit l’Etat providence qu’elle a créée en endossant les habits de la modernité et du « réformisme ». Papandréou, Strauss-Kahn, Valls, ce sont les faces d’une même réalité. (…)

Bonus 3 : ce qu’en disait Gérard Filoche, socialiste de gauche, lui :  « Ce qu’a dit Manuel Valls témoigne de son incompétence totale en droit du travail, en économie, en histoire. Ce garçon n’a jamais travaillé, il n’y connaît rien, il ignore et méprise des millions de salariés, qu’il s’oblige donc à faire femme de service dans les écoles de sa circonscription et au bout de quelques mois où il aura passé la serpillière dans les réfectoires, il sera pour les 35 h et réclamera à coup sur le paiement majoré d’heures supplémentaires… » Au fait mon Gérard, on a fait tout comme tu nous as dit, on a voté Hollande (au 2e tour), et maintenant on a ce type-là à l’Intérieur ? Tu le vis bien, franchement ?
 Bonus 4, extrait de notre billet Manuel valse avec la droite(août 2007) : » Une grande partie des idées de gauche se sont épuisées. Pour que le PS retrouve une crédibilité, il doit être porteur d’un projet vraiment différent. (…) Si nous ne changeons pas en profondeur notre logiciel, nous resterons durablement dans l’opposition . » Le raisonnement est limpide. Décryptage : la France est à droite, elle plébiscite les idées de droite, et la gauche ne peut par conséquent espérer gagner sur des idées de gauche – qui seraient par ailleurs en grande partie épuisées. Pour espérer revenir au pouvoir, la gauche doit donc devenir la droite ! L’illustration parfaite de ce propos vient un peu plus loin, quand Valls profère cette véritable obscénité : «  Nous pouvons faire un bout de chemin avec la majorité, à condition qu’elle nous entende, sur des sujets qui peuvent faire consensus. Je pense aux moyens qu’il faut donner à la justice, à la lutte contre la criminalité ou encore au dossier de l’immigration. » Glissons sur les moyens à donner à la justice, ce dont personne ne peut nier l’utilité, pour nous attarder sur les deux autres sujets donnés en exemple par notre sémillant député. Sécurité. Immigration. Ça ne vous rappelle rien ? Quel homme politique a instrumentalisé ces thèmes jusqu’à la nausée depuis 2002 ?... L’existence même de ce nouveau projet de loi souligne l’échec des précédents. Et son orientation fondée, comme les autres, sur le «tout répressif», le condamne à la même faillite. Cette inflation législative donne raison au criminologue Denis Salas lorsqu’il déclare que  «la loi pénale est devenue un instrument de régulation des peurs collectives et non une codification réfléchie des sanctions» » ? Au fait, de qui, ce réquisitoire contre la façon dont cette majorité envisage la lutte contre la délinquance ? De… Manuel Valls, le 17 juillet dernier, discourant à l’Assemblée nationale à propos de la loi Dati. Mais ça ne l’empêche pas aujourd’hui d’invoquer un consensus forcément introuvable ! Sur l’immigration, c’est évidemment encore pire. Comme le souligne le camarade Birenbaum sur son blog, la sortie de Valls coïncide avec la dernière saillie du ministre de l’Immigration et de la Préservation de la Race blanche, l’abominable  Brice Hortefeux: «  Ce dernier a, en effet, déclaré, justement hier, être  « légèrement en dessous »,  de l’objectif 2007 de 25 000 reconduites à la frontière d’étrangers en situation irrégulière. Ajoutant « C’est pour cela qu’il faut redoubler d’efforts pour interpeller les personnes en situation irrégulière »  ; et demandant à Michel Gaudin, nouveau Préfet de Police de Paris, d‘ »augmenter de façon significative le nombre d’interpellations d’étrangers en situation irrégulière ». Tout est dit : faire du chiffre. Expulser toujours davantage. Avec comme corrollaires obligés la multiplication des contrôles au faciès et la brutalité des expulsions de sans-papiers que l’on passe à tabac. «  Un bout de chemin « … Nous nous sommes trompé dans notre titre : il ne s’agit pas de valse, mais bien de danse du ventre. »
Sans oublier que ce Tartuffe était en faveur de cette escroquerie sarkozyste de  
TVA
  soi-disant sociale ! Alors franchement, voir Valls porté au ministère de l’Intérieur nous donne envie de vomir et nous suggère que, malgré la bonne nouvelle de la fin du funeste règne de l’antisocial et psychopathe ancien locataire de l’Élysée, nous n’en avons pas fini d’être dans l’opposition…

Olivier Bonnet
 Plume de presse

 

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Commenter cet article