Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Jusqu’où ira Pierre Gattaz, président du MEDEF des Patrons français,  digne ou indigne successeur de son père Pierre, hier président de CNPF alors que son fils préside le MEDEF.

Leur grand principe la restauration sociale du droit absolu des Patrons certes plus au nom du Charisme divin d’un Louis 14, non plus certes, on le voit bien aujourd’hui,  au nom du suffrage universel qu’ils rejettent dès que la politique de l’élu ne leur plait plus.

Pour que le chômage diminue, pas question de toucher aux privilèges pharamineux des riches dont certains gagnent des centaines de fois davantage que certains de leurs salariés, au scandaleux profits de ces actionnaires qui souvent bien assis dans leur fauteuils voient de loin de très loin les ouvriers se ruiner la vue pour leur assurer un bien-être totalement immérité.

Pierre Gattaz, quand il s’exprime sur le bien des entreprises,  semble doux comme  agneau mais dès qu’il ouvre la bouche ses griffes sociales sortent dures et perçantes comme des balles de mitraillettes.

Le chômeur victime si souvent de la cupidité des Patrons qui lui coupent les vivres pour augmenter ses revenus ou ceux de ses actionnaires, bien qu’il ait payés depuis des lustres parfois son assurance chômage, qui fait partie de son salaire, devient un super privilégié à moins de mille euros par mois (combien gagne-vous, tous canaux confondus monsieur Gattaz ?) et il faut bien sûr restaurer le travail forcé pour le punir d’avoir été chassé de son boulot par un potentat du fric immérité.

La cravate de Gattaz où il annonce fièrement cette promesse qu’il n’a pas l’intention de tenir d’un millions de chômeurs en moins, sinon en supprimant  les droits des travailleurs actuels pour les remplacer par un minimum vital où un ouvrier gagnera en un mois moins que ce que son patron gagne parfois en quelques heures.

Non, Monsieur Gattaz, vous ne me faites pas rire, si demain la révolution nécessaire revenait, moi qui suis fermement pour le respect de toute vie innocente et même coupable comme la vôtre au plan social, je doute fort hélas qu’une nouvelle terreur qui frappera une fois de plus les exploiteurs du peuple comme vous ne vous tombe sur le terre, ce contre quoi je lutterai de toutes mes forces non certes pour préserver leurs richesses insensées mais leur vie aussi précieuse que celle de ceux qu’ils considèrent comme les derniers des manants !

 

Quant à cet autre dynastie, aussi regrettable pour moi que toutes ces autres de droites de gauche qui caractérise honteusement mon pays, celle des Michel ce père et ce fils, grands riches exploiteurs de l’Etat, il n’est pas nécessaire de les condamner moi-même ;

Ecoutez le Charles d’y a quelques moi affirmer, jurer presque sur  l’honneur (quel honneur ?) qu’il ne collaborerait jamais avec ce parti fichiste, racisme (même s’il cultive soigneusement quelques étrangers à la peau sombre pour faire oublier ceux qu’ils veut chasser de chez nous simplement par exemple parce qu’ils ne parlent pas assez bien le flamand, crime impardonnable chez les partisans de Bart De Wever.

Impossible pour moi de pardonner à Charles d’avoir trahi pour beaucoup plus que trente denier son honneur proclamé hier encore en acceptant un gouvernement Belge avec ceux qui veulent grossièrement  êtres les fossoyeurs de notre beau pays (baarst Belgie, crève Belgique !).

Tout le monde sait que Charles n’est que le prête nom du malin Bart au point qu’acceptant de collaborer avec ce parti nationaliste, qui aime trop souvent accompagner les anciens nazis et collaborateurs jusqu’à leur tombe pour leur faire honneur. La composition de ce gouvernement où la plupart des fonctions importantes régaliens ont été confiées à des inciviques (à mes yeux celui qui veut la mort d’un état n’est pas digne d’en être le ministre !), l’intérieur à ce monsieur JAM-BON (vous voyez comment je prononce son nom en pensant à ses ancêtres qui furent peut-être des patriotes, et surtout celui que je ne citerai pas car par ses propos racistes et provocateurs on aurait dû le mettre à l’ombre depuis longtemps, contrairement à mes frères et sœurs roumains de la gare centrale que je trouve infiniment plus humains que lui.

 

Non Charles Michel et tout autant  Louis qui aurait pu, depuis longtemps céder  à un plus jeune, un autre nom le soin de défendre notre pays,  qu’aujourd’hui son fils salit, vous faites honte à la Belgique.

Vivement un autre gouvernement qui nous rendent fiers d’être Flamands, Bruxellois, Germanophones ou Wallons , en un mot, d’être Belges !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article