Catégories

Publié par BALCHOY

NE SERVIR PLUS (ETIENNE DE LA BOETIE)

 

 

 

Pauvres et misérables peuples insensés !

Tout ce malheur, cette ruine,

vous vient non par des ennemis,

mais certes, oui bien, de l'ennemi,

et de celui que vous faites si grand qu'il est,

pour lequel vous allez à la guerre !

Vous ne refusiez point

de présenter à la mort vos personnes !

 

Celui qui vous maîtrise tant

n'a que deux yeux, n'a que deux mains, n'a qu'un corps,

et n'a autre chose que ce qu'a le moindre homme,

sinon l'avantage que vous lui faites pour vous détruire.

 

D'où a-t-il pris tant yeux, dont il vous épie

si vous les lui baillez ?

Comment a-t-il tant de mains pour vous frapper,

s'il ne les prend de vous ?

 

Les pieds dont il foule vos cités,

d'où les a-t-il, s'ils ne sont des vôtres ?

Comment a-t-il aucun pouvoir sur vous que par vous ?

 

Vous nourrissez vos enfants, afin qu'il les mène en ses guerres !

De tant d'indignités, vous pouvez vous en délivrer,

si vous l'essayez,

non pas de vous en délivrer,

mais seulement de le vouloir faire.

Soyez résolus de ne servir plus,

et vous voilà libres.

 

Je ne veux pas que vous le poussiez ou l'ébranliez,

mais seulement ne le soutenez plus,

et vous le verrez,

comme un grand colosse à qui on a dérobé sa base,

de son poids même s'effondrer en bas et se rompre.

 

 

Etienne de la Boétie

cité par "Solidaire" du 2 octobre 2014, page 17.

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Commenter cet article