Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY



Le matériel était dans un état que l'on ne peut imaginer et ce qui me frappa le plus, c'est que le public ne songeait pas à s'alarmer de cette lenteur qui nous donnait littéralement sur les nerfs.

Beaucoup de soldats attendaient leur démobilisation. Bien qu'ayant parmi eux beaucoup de soldats du nord, je n'eus jamais l'impression que ces gens souffraient de la défaite comme ils auraient dû le faire. Pauvre pays arriéré comme culture, vivant uniquement du radical-socialisme, du socialisme tout court et du communisme,  (1) qui avait vécu jusque là dans la torpeur, qui convenait bien à leur tempérament puisqu'il vivait de rien et qui ne paraîssait pas réaliser ce qui leur arriverait.
-----------------------------------------------------------------
(1) Les idées politiques de mon grand père sont loin d'être toujours les miennes aujourd'hui. Je me demande ce qu'il aurait pensé d'un de ses petits fils qui adhère résolument au communisme comme une solution ouvrant l'humanité demain à une société plus juste surtout pour les plus faibles.
----------------------------------------------------------

Je me répète, si Hitler l'avait voulu, cette France telle que je l'ai vue aurait marché comme un seul homme avec les régiments allemands et surtout ce qui m'a frappé, c'est l'apathie la plus complète qui règnait dans les pouvoirs publics. On y sentait que la politique avait été maîtresse jusqu'aux derniers jours dans ce qu'elle a de plus affreux et l'autorité était complètement désemparée.

Les Belges après la capitulation, eurent à y souffrir plus d'affronts. Cela ne dura que quelques jours, et en Bretagne surtout où je me trouvais en ce moment, j'ai eu loin d'avoir à me plaindre. Je n'eus pas le même sentiment à Oradour où je représentais la colonie Belge et où je ne sentis nulle véritable sympathie, cela étant montré par un fait  qui révèle  où pouvaient encore en être certaines mentalités. Le brave Curé Alsacien logeait chez le doyen d'Ouradour et devait conduire de jeunes Alsaciennes à Saint Laurent qui allaient suivre une retraite à Périgueux.

(à suivre)

Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article