Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY


Marthe se demanda avec inquiétude si elle n'avait pas eu tort de cacher le vrai rôle de Ghislain dans l'histoire. Quoi qu'il en soit, il était trop tard maintenant pour reculer.

En dépit de ses réticences, elle prit part activement à la conversation, arguant qu'étant là depuis longtemps que son ami, elle pourrait sans doute mieux les aider à déjouer les pièges éventuels qu'ils auraient à surmonter.

Un peu surpris de ce ton combatif, Ghislain comprit tout de même qu'il devait la soutenir et il engagea ses interlocuteurs à soutenir "ma copine qui sera d'un grand secours."

Le plus âgé des frères du Lotus, un visage fermé et têtu - on sentait en cet homme une volonté de fer qui n'admettait guère la contradiction et pour qui la vie humaine, celle des autres bien entendu, n'avait aucune valeur.- reprit à contre coeur son récit.

A première vue le projet "LOTUS" était simple et pouvait réussir. Ghislain, ou, à la rigueur Marthe,  devait prendre rendez-vous chez le Grand Maître pour leur offrir un cadeau personnel. Celui-ci leur serait remis par les envoyés de la communauté nordique juste avant leur départ. Il s'agissait d'une sculpture représentant symboliquement la paix.

Le goût personnel du Grand Maître du Salut pour la sculpture était connu et on savait qu'il détenait en son appartement personnel une collection impressionnante d'oeuvres venues d'un peu partout et souvent issues d'artistes de notoriété. Le fil d'Ariane qui unissait ce petit musée était le thème de la paix.

L'oeuvre que Marthe  ou Ghislain devait offrir était, leur expliqua-t-il, en malachite, minerai de cuivre très malléable d'une belle couleur verte d'une trentaine de centimètres en hauteur qui représentait soit un visage de femme soit une colombe selon qu'on le regarde dans un sens ou dans un autre.


Yvan Balchoy
yvanbalchoy13@gmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article