Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

Ghislain n’était pas insensible au charme de l’œuvre mais, en ce moment précis, il avait surtout envie de regarder son amie qui, elle, manifestement avait besoin de son avis sur ses œuvres.

D’une certaine façon, le dialogue semblait ainsi mal parti, puisque tous deux cherchaient un sens différent à leur rencontre.

Ghislain s’efforça toutefois de donner son avis sur cette sculpture qui l’émouvait certes, mais à laquelle il avait envie d’ajouter une tête en pensant, bien sûr, au beau visage de Marthe.

-« Tu hésites, c’est normal, j’ai besoin de ton vrai sentiment, personnellement il y a longtemps que je pensais à sculpter une poitrine de femme en cette situation mais à son stade actuel, je t’avoue que je reste un peu sur ma faim…. »

 

Alors Ghislain n’hésita pas à exprimer le fond de sa pensée : « J’aime cette féminité que tu illustres très bien mais je la trouve un peu anonyme, faute de visage pour la personnaliser. »

 

     -« Tu as, peut-être raison, je repenserai à tout cela dans les jours qui viennent. Et maintenant que penses-tu de cette autre œuvre que je viens de commencer et que peut-être, si elle te plait, j’aimerais t’offrir plus tard ? »

Ce que Marthe saisit à partir d’une étagère, lui parut d’abord un bloc de plâtre à peine dégrossi. Mais quand son amie le la mit dans la main, il fut tout de suite frappé par un début de regard et une ébauche de bouche qui révélait le sujet de la sculpture, un visage ».

     -« Il me semble que tu préparer ici un visage, mais il est trop tôt pour en dire plus, ne penses-tu pas ? »

     -« Tu as tout à fait raison, Ghislain ; je viens à peine de commencer mon projet mais j’ai envie, ce soir de t’en dire plus.  J’aimerais représenter en plâtre d’abord, puis ensuite en bronze ton visage tel que tu m’es apparu lors de notre première rencontre, tu te rappelle lors de cet accident.  Grâce à toi, le choc brutal de la collision fut bien amorti, et je me rappelle avec plaisir ce mélange de peur et d’agréable surprise que j’ai lu et relu tlout au long du reste du trajet sur tes traits. Bien sûr, j’ai été très réservé car, tu te rappelle ce copain un peu jaloux et peu nuancé qui m’accompagnait.  Aujourd’hui, totalement libre, je peux te dire que, malgré la gravité des circonstances, tu m’as charmé, ce jour-là, ce qui explique pourquoi plus tard, je me suis laissé, très prudemment, c’est vrai approcher par toi. »

 

     -« C’était donc toi, ma belle !  Jusqu’à présent tu avais toujours refusé de te reconnaître comme Cholenka. Pourquoi brusquement le reconnais-tu enfin et pourquoi jusqu’ici tu semblais vouloir me décourager de te rapprocher de la jeune fille rencontrée ? »

     -« Simplement je voulais faire faire une croix sur toute une partie de ma vie dont j’avais honte parce que, tu le sais bien, je n’étais pas qu’une victime passive des dealers qui m’accompagnaient et qui ont voulu plus d’une fois se débarrasser de toi.

Je voulais redémarrer avec toi une histoire neuve, une étape vierge et je vais te faire un aveu. Jusqu’à présent, j’avais un peu de peine à reconnaître en toi le jeune homme fougueux que j’avais à rencontré à Liège, au littoral et enfin en Angleterre où, je veux te le dire aujourd’hui, je t’ai laissé tomber sur ordre.  Je sais que je t’ai fort déçu mais ma vie était en danger, j’ai manqué de courage, je le reconnais. A présent que tu sais tout, quel avenir, penses-tu pour nous deux ? »

 

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article