Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

 Enfin, sous une pluie fine et, somme toute, pas désagréable, Ghislain refit à l’envers son chemin de tout à l’heure et revint dans la rue de l’amie de Marthe. Cette fois, dès qu’il eut sonné, des pas rapides lui révélèrent de suite que la maison cette fois était habitée. La porte s’ouvrit avec force et l’amie de Marthe, un grand sourire au visage, l’accueillit chaleureusement.

 

Entre, ami Ghislain, Marthe arrive de suite, elle a beaucoup travaillé à son atelier ce matin et cet après-midi. Un bon café t’attend. Je pense qu’elle a envie de te montrer son travail actuel.

Dans le salon, très sobre de son hôtesse, Ghislain s’assit gauchement dans un fauteuil étroit face à une petite table sur laquelle on avait disposé trois tasses et sous tasses blanches,  une cafetière argentée, vieux modèle mosan en argent et sur une petite assiette multichrome quelques biscuits assortis.

 

L’attente de son amie ne fuit sans doute pas longue, mais elle lui parut une petite éternité. L’amie de Marthe s’était éclipsée discrètement et le biologiste se demandait en lui-même de quelle manière il allait aborder son amie,  un peu inquiet de son dernier contact avec elle où elle lui avait en quelque sorte laissé transparaître que sa patience ne serait pas éternelle.

 

« Coucou », me voici, salut Ghislain, content de te voir bien à l’heure et apparemment bien dans ta peau.

Marthe, souriante, était vêtue d'un vieux jeans délavé assorti à un pull jaune orange qui lui allait fort bien.

 

Veux-tu une tasse de café pour commencer. Parle-moi un peu de ta vie au bureau ! Cela va-t-il mieux avec ton voisin grincheux ? »

A vrai dire, la conversation démarrait sur ce que Ghislain avait le moins envie d’entreprendre. Il murmura un "pas mal" très peu enthousiaste faisant ainsi comprendre à son amie qu'il n'avait pas envie d'aborder ce sujet.

 

L’institut de Gembloux, moins il y pensait, mieux il se portait.

 

Ce jour-là, il avait envie d’un moment d’intimité avec Marthe, d’y voir plus clair sur ses intentions à elle car lui-même avait de la peine à y voir clair en lui.

Certes, il voulait passionnément vivre à temps plein avec son amie artiste, mais sans pour autant rompre avec Ria et surtout ses enfants auxquels il était très attaché. Pas très logique tout ça !

 

En buvant elle aussi, Marthe trancha son dilemme en invitant son ami à visiter son atelier pour lui monter ses dernières œuvres sur lesquelles elle comptait beaucoup pour participer à une exposition dans une petite galerie d’art au centre.

 

Ce ne serait donc pas aujourd’hui qu’on aborderait frontalement la question de leur avenir commun.

 

Tout en le regrettant un peu, Ghislain se sentit tout de même un peu soulagé car il ne se sentait pas à l’aise pour reconnaître publiquement ses hésitations face à son amie qui avait manifestement envie d’une situation plus nette entre eux deux.

 

Leur café vite terminé, ils partirent tous deux, deux rues plus loin, à ce petit local communautaire où Marthe passait une grande partie de son temps.

 

Il s’agissait d’un ancien atelier métallurgique tombé en faillite où un club artistique avait vaille que vaille organisé quelques ateliers de poterie, de peinture et de sculpture.

 

Marthe disposait d’une surface de travail d’une quinzaine de mètres carrés, où elle avait disposé sur deux tréteaux quelques instruments très propres – Ghislain parfois la taquinait pour sa « maniaquerie »- ainsi que trois œuvres manifestement en état de gestation.

 

Sur le sol, une dizaine d’autres sculptures manifestement terminées étaient bien rangées sur un tapis gris clair.

 

Dès leur arrivée, passionnée, elle saisit un buste de femme, sculpté sur bois, au trois quarts terminé qui mettait en évidence une poitrine parfaite limité dans sa partie supérieure par le bas du cou et se terminant au niveau de la ceinture. Du reste du corps on ne voyait rien si ce n’est une main finement ciselée et un bras limité au coude qui se glissait gracieusement entre les deux seins et donnait du caractère à une œuvre sans cela presque académique.

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article