Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

Le lendemain, Ghislain en arrivant à la gare de Namur décida de se rendre à Liège pour retrouver Marthe chez son amie.  A vrai dire, il ne sentait pas à l’aise d’agir ainsi conscient que son attitude risquait de ne pas plaire à son amie qui lui avait donné un R/V à Liège à partir de 16 heures. 

A son collègue de bureau, il balbutia la première excuse qui lui vint à l’esprit : un entretien avec un policier à propos de ses pérégrinations françaises. L’autre avec une certaine froideur lui dit qu’il communiquerait son absence au directeur général.

 

Ghislain connaissait par cœur l’horaire des trains vers Liège. Il y en avait un dans vingt cinq minutes. Il acheta sa « Libre Belgique » puis s’assit à la buvette en feuilletant nerveusement la gazette.

 

Avant de monter dans le train, il hésita encore quelques instant, mécontent de lui mais incapable de résister à cette envie qui le taraudait depuis son petit déjeuner, quelles qu’en soient les risques.

 

Dans le train , au paysage, il reconnut l’endroit où s’était passée cette terrible collision qui avait bouleversé pour toujours sa vie. En fermant les yeux, il lui sembla qu’il ressentait encore l’horrible bruit mais surtout le choc violent de la jeune Cholenka projetée sur lui.

 

Qui était donc cette jeune slave qu’il avait suivie jusqu’en Angleterre, qu’il avait aimée, comme un fou, un amour apparemment partagé jusque la passion mais elle l’avait pourtant écartée de sa vie non sans tendresse mais avec fermeté.

 

Qu’y avait-il de commun entre cette jeune femme mystérieuse  et Marthe dont le physique lui rappelait sans conteste les traits de  la jeune femme qui posait pour des publicités murales.

 

L’accent russe, du moins il le croyait, de sa compagne de la fin de son adolescence avait disparu dans le parler de la jeune artiste Liégeoise, mais chaque fois qu’il avait tenté d’en savoir un peu sur son passé, elle avait détourné ses questions en lui disant que pour elle seul le présent comptait et qu’elle n’avait aucune envie de ressusciter des morts.

 

Ghislain bercé par le train finit par s’endormir.  Quand il rouvrit les yeux, Liège Guillemin était tout proche et l’appréhension qu’il avait sentie au moment du départ à Namur lui revint avec plus de force.

 

L’appartement où Marthe vivait avec son amie était à peu près à un kilomètre de la station.  Il s'y rendit à toute allure pressé de forcer en quelque sorte le destin en imposant sa présence à son amie.

 

Pourtant quand il arriva à proximité de la maison un peu vieillotte et surtout au loyer bon marché où vivait Marthe, il s’arrêta quelques instants, le cœur battant, avant d’oser pousser brièvement son doigt sur la sonnette.

 

Rien ne se produisit dans l’immédiat, après une minute d’attente fébrile, il osa un second coup un peu plus appuyé mais finalement il dut bien se rendre à l’évidence.  Aucun bruit ni mouvement n'était perceptible danss la maison. Sans doute, il n'y avait personne.

 

Il était un peu plus de dix heure trente, il commença par aller boire une bière à un petit café de quartier tout près et y termina la lecture de son journal d’une façon si dissipée qu’il aurait été incapable à la fin de la lecture d’un article d’en résumer clairement le contenu.

 

Retournant sur ses pas, il sonna à nouveau trois fois, de plus en plus fort, de plus en plus longtemps, au risque de paraître pour un malotru, mais manifestement il n’y avait personne.

 

Alors il se résigna à gagner le centre de Liège, décidé à se payer un bon steak-frites à un restaurant qu’il fréquentait déjà durant ses études.

 

Les frites lui parurent aussi excellentes qu’autrefois ; il finit  son repas en dégustant  à la suite deux cafés, tout en rêvant à cette rencontre de tout à l'heure, content finalement de ne rien avoir changé à la proposition de Marthe.

 


 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

 


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article