Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

De plus Ghislain détestait la sollicitude, qu’il croyait à juste titre forcée, de Marthe pour Ria.

N’était-ce pas un moyen de mettre en question sa volonté à lui de clarifier sa vie que de lui rappeler sans cesse qu’il vivait avec sa femme et ses enfants.

 

     -« Tu sais, ajoute-t-il un peu calmé que je ne vis avec Ria que pour un temps. Fais-moi un signe, un vrai, et je laisse tout pour te suivre et partager ta vie. »

 

     -« Je n’en doute pas, chéri, et je t’attends pour ma part, quand tu le  voudras. En attendant, ne me reproche pas de tenter de vivre, de survivre ici. J’espère que d’ici une semaine ou deux nous pourrons nous rencontrer quelque part à Bruxelles, dans le centre ou du côté de la Porte de Namur.

 

Nous souperons ensemble, nous regarderons peut-être un film que nous pourrons peut-être discuter, tard le soir. Puis, nous trouverons sans doute un petit nid de tendresse, si tu n’es pas obligé de rentrer à « une heure raisonnable » chez les tiens.

 

     -« D’accord, Marthe, penses-tu qu’on pourrait se voir vendredi prochain, disons, Porte de Namur à 18 H 30. Au programme un repas à un snack suivi d’un film et après … Un dessert de tendresse. »

 

     -« Non, tu vas trop vite, Ghislain ; pour le moment je dois, je te le répète, résoudre quelques problèmes de simple survivance. Dès que je serai suffisamment disponible pour une vraie rencontre avec toi, je te ferai signe. Crois en moi comme je crois en toi. Tu sais, je n’exprime pas toujours ce que je ressens au plus profond de moi ; tu sais combien je suis pudique, quand il s’agit de mon corps, c’est mille fois plus vrai quand il s’agit de mon cœur. Mais si parfois, je te réponds un peu sèchement au téléphone, c’est le plus souvent parce que je ne trouve pas les mots qu’il faudrait et que je déteste toute mièvrerie.

Tu m’es infiniment précieux, je ne te le dis pas tout le temps parce que pour moi ce n’est pas une banalité. Essaye, je t’en prie, d’être plus solide. J’ai besoin de pouvoir m’appuyer sur toi. »

 

 

 

(à suivre)



Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article