Catégories

Publié par BALCHOY

mercredi 10 octobre 2012
alainindependant.canalblog.com  

https://mail.google.com/mail/?hl=fr#inbox/13a4c0c78960bcb2   

A Son Altesse royale le Roi Albert II de Belgique

 

Votre  Altesse,

Je suis venue dans votre pays avec beaucoup d'espoir , puissiez - vous  répondre favorablement et  apporter enfin une solution à mon problème.

Ma demande de régularisation médicale vient d’être clôturée. Cette fois-ci, les autorités de l'immigration ont statué sur un vice de forme : il manquerait un document d'identification au dossier introduit  par  mon avocat, ce qui est totalement faux.  Des irrégularités de même gravité ont entaché toute la procédure.

La présente Décision est assortie à nouveau d'un  ordre de quitter le territoire. Or, je ne puis  retourner dans mon pays, pour des raisons de santé évidentes et pour des raisons de sécurité.

D'une part, l'Algérie ne reprend pas ses demandeurs d'asile, à moins que ce soit un cas particulier pour lequel il sera réservé un traitement spécial, car les algériens n'ont pas le droit de se plaindre. De surcroît à l'étranger. 

D'autre part, l’enseignante que j'étais avait par son engagement dans l'enseignement et la recherche  porté atteinte aux attributs de l’Etat. D’où le harcèlement et les traitements dégradants et attentatoires à la vie , sur le long terme. 

Et pour cause : «  C'est l'Etat qui organise le système d’enseignement » énonce  l'article 53  de la Constitution dans sa version de 2008 qui reprend intégralement  en la matière les Constitutions antérieures.

 La Constitution de 1976  révisée en 1989  reconnaît bien la liberté de création intellectuelle, artistique et scientifique, les libertés d'expression et de réunion. Mais sous réserve. Car ces libertés  : « ... ne sauraient être invoquées pour saper les fondements de la révolution socialiste. Elles  sont exercées sous réserve des dispositions de l'article 73 de la Constitution. »  

  Le fameux article 73 dit clairement : La loi fixe les conditions de déchéance des droits et libertés fondamentaux de quiconque fait usage de ces droits et libertés en vue de porter atteinte à la Constitution, aux intérêts essentiels de la collectivité nationale, à l'unité du peuple et du territoire national, à la sécurité intérieure et extérieure de l'Etat et à la révolution socialiste.

 Ma situation est aujourd'hui plus délicate.  Je me trouve comme jamais, sous le coup de l'article 61 de la  Constitution de 2008 qui reprend les précédentes sans équivoque : « Tout citoyen a le devoir de protéger et de sauvegarder l’indépendance du pays…ainsi que tous les attributs de l’Etat ».

L'article 61 conclut : «La trahison, l’espionnage, le passage à l’ennemi, ainsi que toutes les infractions commises au préjudice de la sécurité de l’Etat, sont réprimées avec toute la rigueur de la loi ». Je n'ai fait que m'exprimer, mais les preuves sont toutes trouvées.

 

Votre Altesse, me renvoyer en Algérie dans ces circonstances est un assassinat.  C’est aussi assassiner mes proches qui y sont déjà en danger.

 En espérant que mon appel retiendra votre attention, veuillez  Votre Altesse le Roi Albert II de Belgique, agréer l'expression de mon humble considération.

 

Charleroi  le 26/09/ 2012

Djouher Khater

 

 

 

P.S. D'YVAN BALCHOY

 

Je suivrai avec attention cette supplique sachant combien hélas est impmortante en Belgique l'influence néfaste et souvent hostile aux droits de l'homme du sinistre Office des étrangers qui a une responsabilité toute spéciale dans la mise à mort de Semira Adamu, jeune réfugiées Nigériane, étouffées par des policiers imbéciles et incompétents qui ont fait l'objet d'une clémence que ne risque peut-être pas d'avoir Madame Djouher Khater.

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Commenter cet article