Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

Hier il a fait très chaud en Belgique, souvent plus de 30 °, assez en tout cas pour engendrer une multitude de "Defect" comme s'expriment les tableaux d'affichage en néerlandais. Trois locomotives indiquées comme "defect", une à Thielt, une à Kortrijk, et je crois une troisième à Bruges sans compter quelques ruptures de caténaires et autres minicatastrophes.  A la gare

, dix minutes avant l'arrivée du train de 21h03, nous apprenons qu'il est supprimer. Faut-il attendre le prochain, le dernier de la soirée à 22h03 ou tenter un autre itinéraire. Au guichet, l'employé très courtois me conseille d'aller via Gent d'où je devrais trouver une correspondance vers Mouscron. Arrivée prévue 22h30. Reste qu'il me faudra prévenir mon beau frère pour me conduire de la gare de Mouscron à la gare d'Herseaux. Sur le chemin de Gent, une gentille institutrice me propose de me conduire de la gare de Mouscron à celle d'Herseaux... Magnifique !

 

Nous voici à Gent dans une  gare un peu vieillotte envahie de policiers qui à vrai dire, me font penser à la célèbre mouche du coche. Ils sont charmants mais ne savent pas trop eux-mêmes à quoi ils servent. En revanche de très nombreux membres de la Croix rouge distribuent généreusement de l'eau fraiche aux voyageurs assoiffés ou affaiblis par cette longue attente tandis que de temps en temps un brancard qui passe me montre que certains souffrent.

 

Quant aux uniformes des chemins de fer, il faut se soulever bien haut pour en entrevoir un de temps à autre  qui rase les murs et la question manifestement à ne pas leur poser c'est l'heure réelle du prochain train pour Kortrijk, Mouscron. Ils n'en n'ont pas la moindre idée malgré les deux GSM vissés à chacune de leurs oreilles.

 

Quant aux tableaux ils indiquent bien deux trains vers Kortrijk et un qui va jusque Mouscron mais avec une régularité maligne ils augmentent le retard de chacun de ces trains au fur et à mesure que le temps passe; dur pour moi debout avec tant d'autre face au tableau.  Finalement adieu le train de 22h09, celui de 22h25 avec des retards indiqués de 35 minutes, très inférieurs à ceux d'autres destinations, et nous finissons par voir arriver le train de 22h57 - miracle- prequ'à l'heure.

Cette fois, il roule convenablement et l'accompagnatrice charmante prend conscience qu'une dizaine de personnes ont un billet pour aller à Mouscron, Herseaux, Tournai, Menin, Poperingue....

Grâce à ses nombreuses interventions téléphoniques, quand enfin nous arrivons à plus de 23h30 à Kortrihk, un staff nous attend pour mettre en place une opération taxi, payée par la SNCB, qui va nous permettre de rentrer enfin chez nous.

Bien sûr, la programmation et le financement de ces taxis ne fut pas une sinécure pour ces employés qui pour la plupart d'entre eux auraient dus être peut-être chez eux, mais un peu après Minuit, je me suis embarqué dans un taxi avec 4 compagnons d'infortunes qui m'a déposé à près d'une heure du matin à ma voiture....

 

Tout compte fait, je suis persuadé que ce qui m'est arrivé a été l'odyssée de beaucoup d'usagers du chemin de fer et sûrement pas la pire.

 

J'apprends ce matin qu'un responsable du mouvement écologique GROEN propose la démissions des trois responsables de la SNCB puisqu'on, selon les injonctions d'une Europe Unie dont le libéralisme enrichit les capitalistes de tous poils au détriment des citoyens les moins fortunés, des villageois qui perdent leur école, leur gare, leur poste.

Pour la SNCB, ce fut en un sens le contraire, elle est divisée en trois sociétés avec trois dirigeants qui coûtent bien plus cher que l'ancien président. Malgré ce qu'un employé de la SNCB disait à la TV ce midi, je suis persuadé que dès qu'un problème se pose dans l'une des trois sociétés, il faut un temps fou pour trouver le personnel ou le matériel de remplacement.  Je souscris donc, sans grand espoir, au souhait du député vert qui risquerait ce nous coûter de grosses amendes des scribouillards de M. Barroso.

 

En revanche, merci, aux gars de la Croix Rouge, à l'employé qui m'a indiqué un autre itinéraire possible, à l'accompagnatrice sympa de notre train Gent-Kortrijk,  à ma voisine qui voulait me raccompagner à ma voiture, au staff de Courtrai qui nous a commandé très efficacement les taxis nécessaires.

 

En tout cas, je trouverais normal que la part du salaire qui revient à ces trois grands "inutiles" pour cette journée catastrophique soit distribué aux employés qui avec beaucoup de gentillesse et jusque très tard ont aidé les usagers que nous sommes à rentrer chez eux.

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article