Catégories

Publié par BALCHOY

 

 

Quand j'ai écrit un article sur la détestable politique de Maggy De Block elle m'a envoyé un article pour se justifier en affirmant qu'elle ne fait qu'appliquer la loi. C'était déjà la politique d'un certain Ponce Pilate, il y a deux mille ans.

Pour comprendre la politique de cette Ministre, il faut se rappeler d'où elle vient, c'est à dire du Parti libéral Flamand  : OPEN VLD.

 

Open- libre accès surtout au fric et au capitalisme, c'est évident. La liberté que défendent les libéraux, n’a rien à voir avec celle des Afghans dont nous occupons avec les USA  le pays depuis plus de dix ans. 


Les libéraux au nord comme au sud du pays, avec De Wever qui en est un aussi, , la dynastie des De Croo  et  la dynastie des Michel défendent la liberté d'entreprendre,  j'ai envie de traduire, d'exploiter comme ces grands Patrons qui depuis deux siècle se sont battus contre l'émancipation de la classe ouvrière.


Je viens de participer à une exposition à Roubaix dans l'ex-usine qui est devenue "Archives du Monde du travail" et j'ai pu voir dans des affiches, des règlements du travail qui concernaient parfois les enfants,  la cupidité de ces directions catholiques ou libérales certes mais tous capitalistes mettant c'est clair l'argent au-dessus de tout, y compris, leurs travailleurs.

 

Madame De Block, quand une loi viole les droits de l'homme, elle est réputée non écrite, même si elle provient des dirigeants de l'Union Européenne comme ce haut fonctionnaire envoyé par la Belgique ou plutôt par la Flandre comme "Ministre" de l'Union Européenne qui ne fait sûrement pas honneur au pays qu'il représente.

 

Je ne puis considérer accepter qu’un ex- médecin renvoie un réfugié dans un pays, où, on le sait bien, un  réfugié exilé est considéré comme un traitre...

Voilà pourquoi, Madame le Ministre, je rejette votre action INHUMAINE ; je pense même  qu'il faut la combattre en aidant les réfugiés quand on le peut,

Je ne doute pas que vous avez été sans-doute un excellent médecin hier, mais  aujourd'hui vous trahissez votre ancien idéal en renvoyant des réfugiés malgré le risque de mort qui les menace.


Quoi que vous disiez vous avez, avec cet infâme office des étrangers, à réformer de toute urgence, qui devrait avoir pour adresse " la rue Semira Adamu " car cette  jeune fille, martyrisée par deux abrutis discutant foot, valait infiniment plus que les  bureaucrates sans-cœur qui l'ont rejeté de notre pays  entre autres,  parce qu'elle avait eu l'outrecuidance de rappeler  à la TV, je l’ai entendue, ses droits et les brutalités de certains policiers.

 

 

Madame De Block, il parait que 35 % (ce qui est une minorité tout de même) des flamands ou des belges, je ne sais vous est favorable. C'est peut-être le pourcentage des xénophobes en notre pays.

On me dit même que vous dépassez peut-être Monsieur De Wever en popularité en Flandre.  Je ne serais pas fier pour ma part de remplacer ce nationaliste, en rejet des étrangers.

 

 

Il est inconvenant que la politique de l'asile  du gouvernement flamand souvent intolérant devienne peu à peu la politique Belge.

Devant les incivilités, ou pire encore,  commises par l'Office des étrangers et vous contre certains émigrés, il devient nécessaire  que la politique d'asile soit régionalisée et qu'en Wallonie, » terre d'accueil »  elle soit dirigée par des gens de cœur, ce qui n'est aucunement le cas aujourd'hui.

 

Retournez à votre belle et ancienne profession et guérissez  des malades au lieu de prendre le  risque d'envoyer à la mort des gens qui parfois ont déjà risqué  leur vie pour échapper à la guerre ou à la faim.

 

Rappelez-vous ce qui se passe régulièrement sur la mer entre l'Afrique et l'Europe, suite aux règlements inhumains de l'Union Européenne et la toute récente action criminelle de gardes grecs qui  condamne la politique criminelle contre les réfugiés.

 

N’oubliez pas que ces émigrés viennent souvent de pays qui nous ont enrichis et nourris et où leurs parents ou grands-parents, colonisés, occupés par nous,  n'avaient pour ainsi dire aucun droit.

 Est-ce ça le Libéralisme ?  Je le crains.

 

Yvan Balchoy

 

 

Commenter cet article